PILOSELLE Plante entière

Hieracium pilosella

Botanique

La piloselle est une plante gazonnante vivace à poils laineux et à fleurs jaunes, qui comporte une rosette de feuilles basales, au centre de laquelle s’élance une tige d’une vingtaine de centimètres, terminée par un capitule aux multiples fleurs ligulées jaune clair. Les feuilles sont couvertes de poils longs, blancs et soyeux11.
Elle sécrète des substances dites télétoxiques (acide caféier) qui ne permettent pas à d’autres plantes de se développer à côté d’elle. Très fréquente sur les terrains silico-calcaires incultes, voire arides de nos régions tempérées, elle pousse jusqu’à 2500 m d’altitude4. Elle se récolte à la floraison, en été. La plante entière est utilisée3,7 en phytothérapie.

Cette plante herbacée commune à fleurs jaunes est appelée également « épervière» car on supposait, dans l’Antiquité, que les éperviers s'éclaircissent la vue avec le suc de cette plante. La forme de ses feuilles couvertes de poils est à l’origine de son nom « piloselle »10,12.

Principales indications

En rapport avec son activité bactériostatique
  • Prévention des cystites à E. coli, en particulier chez la femme enceinte du fait de son absence de toxicité, de contre-indications et de précautions d’emploi
  • Prostatite chronique en association avec les thérapeutiques classiques
 
En rapport avec son activité détoxifiante et aquarétique

Rétentions hydriques :

  • Cellulite
  • Prise de poids lors du syndrome prémenstruel (en 2ème partie de cycle)
  • Diurèse insuffisante

Les Hyperuricémies :

  • Lithiases rénales
  • Goutte
 
En rapport avec son activité sur la filtration glomérulaire
  • Chez l’insuffisant rénal débutant

 En rapport avec son activité cholérétique/ anticholestérolémiant
  • Syndrome métabolique et surcharge pondérale avec ou sans HTA
 
En rapport avec son activité intestinale et bactériostatique
  • Diarrhées chroniques infectieuses
PILOSELLE Plante entière

Principales propriétés pharmacologiques

Au niveau rénal
 
  • Activité bactériostatique
L’ombelliférone est capable d’inhiber des colonies bactériennes comme la Brucella (abortus et mélitensis) ainsi que Staphylococcus aureus et Escherichia coli9,13. Cette activité est potentialisée par la présence des acides-phénols.
 
  • Activité détoxifiante et aquarétique
C’est celle qui lui est traditionnellement reconnue. La présence de flavonoïdes favorise l’élimination de l’urée, de l’acide urique, et des chlorures1.
 
  • Activité sur la filtration glomérulaire
L’augmentation de la vasodilatation du parenchyme rénal9,13 va améliorer le débit de filtration glomérulaire.
 

Au niveau hépato-digestif
 
  • Activité cholérétique /anti cholestérolémiante
L’ombelliférone exerce une activité cholérétique et non cholagogue9,13. L’action des acides –phénols associés à l'ombellifère sur la qualité de la bile explique l’action anti cholestérolémiante de la piloselle8.
Elle a également une activité spasmolytique au niveau du sphincter d’Oddi.
Activité intestinale.
 
Du fait de ses propriétés astringentes attribuées aux tanins, la piloselle est anti-diarrhéique et cicatrisante intestinale9,13.

Au niveau sanguin
 
  • Activité fluidifiante
La méthyl-ombelliférone dont la transformation produirait un dérivé coumarinique, a une action compétitive avec l’apo-enzyme de synthèse de la prothrombine et des facteurs X et VII. Ceci expliquerait son action anti-athéromateuse2.

Associations de plantes avec PILOSELLE Plante entière

  • Hyperuricémie  + reine des prés
 
  • Insuffisance rénale débutante avant 65 ans
 
  • Insuffisance rénale débutante après 65 ans
  • Prévention du vieillissement si fragilité rénale
 
  • Détoxication hépatique  chez les personnes âgées polymédiquées
  • Dyskinésie biliaire sans constipation + Mélisse
 
  • SPM avec rétention d’eau et prise de poids
 
  • Infection urinaire à répétition (prévention, femme enceinte)+ Canneberge
  • Prévention des infections urinaires à répétition à autres germes que E.Coli
  • Prévention des infections urinaires à répétition chez la femme ménopausée
 
  • Dyskinésie biliaire sans constipation + Artichaut
 

Effets secondaires

Aucun connu à ce jour13.

Toxicité

Aucune connue à ce jour.

Précautions d'emploi

Aucune

Contre-indications

Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. BEAUX D. et al. (1999). Eff ect of extracts of Orthosiphon stamineus Benth, Hieracium pilosella L.,
Sambucus nigra L.and Arctostaphylos uvauris L. spreng in rats. Phytotherapie research, 13:222-225.
2. BERGERET C. ET TETAU M. (1992). Nouvelles cliniques d’homéopathie végétale. Similia,
3. BEZANGER-BEAUQUESNE L., PINKAS M., TORK M., TROTIN F. (1990). Plantes médicinales des régions tempérées. 2ème édition, Editions Maloine.
4. BONNIER G. (1990). La grande flore de France. Editions Belin.
5. BRUNETON J. (1999). Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales. 3éme édition, Ed. Tec et Doc.
6. CAZIN. (1997).Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes. Editions Jalons des Savoirs.
7. CHENG-OUN S. (1990). La piloselle : Hieracium Pilosella L. Mise au point bibliographique et contribution analytique. Thèse de pharmacie.
8. DEPOERS P., LEDOUX F., MEURIN P. (2001). La phytothérapie : entre science et tradition. Editions Amis et Inspir.
9. DURAFFOURD C. & LAPREZ JC. (2005). Traité de phytothérapie clinique. Editions Masson.
10. ISERIN, MASSON, RETELLINI. (2001). Encyclopédie des plantes médicinales. Editions Larousse.
11. LECLERC H. (1999). Précis de phytothérapie : thérapeutique par les plantes française. Editions Masson.
12. LIEUTAGHI P. (1996). Le livre des bonnes herbes. Editions Actes sud.
13. RAYNAUD J. (2005). Prescription et conseil en phytothérapie. Editions Tec & doc.
14. Lj. P. STANOJEVIĆ et al. (2009): METHANOL EXTRACTS OF Hieracium pilosella L. Hem. ind. 63 (2) 79–86 Lettre IESV