SAUGE Partie aérienne

Salvia sclarea

Botanique

La sauge sclarée, à fragrance musquée, est un sous arbrisseau vivace à racine ligneuse et fibreuse. La tige est rameuse. Les feuilles, gris verdâtre, à surface chagrinée sont oblongues, lancéolées et denticulées sur les bords. Elles sont également pubescentes sur les 2 faces. Les fleurs, bleu rose, sont bilabiées et groupées par 3 à la base des feuilles supérieures. Originaire du pourtour méditerranéen, la sauge sclarée est cultivée actuellement dans différents pays européens, depuis l’Espagne jusqu'aux Balkans. Cette plante pousse dans des régions ensoleillées et sur des sols bien drainés. Les parties aériennes sont les parties de la plante utilisées en médecine.

La sauge sclarée, herbe sacrée des latins (salvare - sauver), surnommée la « Toute bonne » est considérée depuis l’Antiquité comme la panacée. Elle fut appréciée par Dioscoride et Galien pour ses vertus emménagogues et toniques.

Principales indications

Insuffisance oestrogénique au trois périodes de la vie de la femme :
  • Puberté : troubles de l’installation des règles par hypoestrogénie
  • Périménopause : dès apparition des signes d’insuffisance estrogénique
  • Ménopause : hypoestrogénie et les différents troubles associés

Hyperandrogénie par insuffisance oestrogénique (acné)

Dépression post-partum due à l'hyperoestrogénie qui suit l’accouchement

Action trophique sur la muqueuse vésicale, sur la muqueuse vaginale et sur la flore de doderlein

Parodontose / halitose, hyposialie

Vieillissement avec troubles cognitifs

En bains de bouche pour les aphtes, le muguet et les stomatites
SAUGE Partie aérienne

Principales propriétés pharmacologiques

Estrogénomimétique1 :
  • Les composés responsables de cette propriété ne sont pas clairement identifiés ; Les triterpènes de la sauge ont une configuration semblable aux estrogènes sans en posséder le noyau phénol ; Les diterpènes contiennent un noyau phénol associé à un pont époxyde
  • Emménagogue et anti galactogène
 
Antisudorale :
 
Cette propriété a été confirmée par des essais sur l’animal et par des expérimentations cliniques.
La sécrétion sudorale induite par la pilocarpine est rapidement supprimée par la sauge4,5.
 

Antispasmodique :
 
Les flavones diminuent les spasmes provoqués par l’acétylcholine ou la sérotonine1.
 

Antioxydante :
 
Cette action serait liée à la présence des diterpènes4.
 

Inhibition de la cholinestérase :
 
Des travaux ont montré que la sauge provoquait une inhibition dose-dépendante de
l’acétylcholinestérase et aurait par conséquent un intérêt éventuel dans la maladie d’alzheimer4.
 

Bactéricide et antifongique :
 
L’huile essentielle est bactéricide vis-à-vis de germes à gram + et – et antifongique vis-à-vis de candida albicans4.
 
 
Inhibiteur de la formation de la plaque dentaire :
 
Action due à l’acide rosmarinique4.
 

En usage externe :
 
Astringente, cicatrisante, anti-inflammatoire et antiseptique.

Associations de plantes avec SAUGE Partie aérienne

  • Baby blues
  • Bouffées de chaleur chez la femme ménopausée
  • Déclin cognitif chez la femme maigre de plus de 70 ans
 
  • Déclin cognitif chez la femme maigre de plus de 70 ans
 
  • Prévention gynécologique des infections urinaires à répétition chez la femme ménopausée
 
  • Prévention gynécologique des mycoses vaginales récidivantes chez la femme ménopausée
  • Sécheresse cutanée chez la femme ménopausée
 
  • Manque de désir sexuel chez la femme ménopausée
  • Sécheresse vaginale chez la femme ménopausée

Effets secondaires

Aucun connu à ce jour.

Toxicité

Aucune connue à ce jour.

Précautions d'emploi

Aucune

Contre-indications

La sauge sclarée est contre-indiquée en cas d'hyperoestrogénie ou de cancer hormonodépendant. 

Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales 3ème - Ed Tec & Doc, 1999, 541-5.
2. JARRETIE T. Les sauges méditerranéennes : actualisation des connaissances Thèse de Pharmacie, Montpellier, décembre 1999.
3. LECLERC H. Précis de phytothérapie Ed Masson, 1999, 91-2.
4. PERREY F. La sauge officinale oestrogène-like. Phytothérapie de la recherche à la pratique, juillet - août 2001, n°13, 25-7.
5. POTIER J. La sauge. La phytothérapie Européenne, mai-juin 2003, 29-31.
6. WICHTL M. et ANTON R. Plantes thérapeutiques, tradition, pratique officinale, science et thérapeutique - Ed Tec & Doc, 1999, 494-8