CHARDON MARIE fruit

Silybum marianum

Botanique

Le Chardon Marie est une plante herbacée bisannuelle pouvant atteindre un mètre de haut, commune dans les lieux incultes et au bord des chemins dans le pourtour méditerranéen. Ses feuilles épineuses, disposées en larges rosettes, portent des marbrures blanches et ses fleurs, tubuleuses, pourpres sont réunies en un capitule terminal, entouré de bractées piquantes. Le fruit est un akène noir. La partie utilisée en phytothérapie est le fruit dépourvu de ses aigrettes.
 
Les Grecs de l’antiquité utilisaient déjà le Chardon Marie pour traiter les troubles hépatiques et biliaires. Au Moyen Âge, la plante était utilisée pour chasser la « mélancolie » ou « bile noire » qui était associée à diverses maladies d’origine hépatique. De nos jours, son utilisation reste liée au traitement de divers troubles hépatiques et biliaires.

Principales indications

En relation avec ses actions au niveau hépatobiliaire :
  • Hépatites (virales, médicamenteuses, toxiques,…)
  • Stéatose, stéatohépatite métabolique (non-alcoolique) (SHNA), stéatohépatite alcoolique
  • Cholestase gravidique en accompagnement des traitements spécifiques
  • Cholestase sous traitements hormonaux (THS, pilule)

 

En relation avec ses actions sur le métabolisme glucolipidique :

  • Insulinorésistance
  • Syndrome métabolique
  • En accompagnement des traitements spécifiques du diabète de type II
 
En relation avec ses actions sur le SNC :
 
  • En accompagnement des traitements spécifiques de la maladie de Parkinson et d’Alzheimer

 

En relation avec son action anti-inflammatoire :

Au niveau intestinal :

Prévention des incidents liés à l’ischémie après effort prolongé (ex : marathonien)

Au niveau hépatique :

  • Détoxication sur terrain inflammatoire
  • Accompagnement de la chimiothérapie



CHARDON MARIE fruit

Principales propriétés pharmacologiques

Activités au niveau hépatique :

Action hépatoprotectrice :

La silymarine protège le foie par différents mécanismes9 :

  • Stabilisation de la membrane plasmique de l’hépatocyte. Elle inhibe l’absorption de certaines toxines comme celles de l’amanite phalloïde, en empêchant leur fixation à la surface cellulaire et en bloquant le système de transport membranaire de ces poisons10.
  • Piégeage de nombreux radicaux libres via la formation de composés plus stables et moins réactifs. Elle contribue également au maintien du niveau de glutathion et de la superoxyde dismutase dans le foie11.
  • Vis-à-vis de la stéatose : diminue la sévérité des atteintes hépatiques, l’inflammation et la destruction des cellules hépatiques11. Réduit la stéatose, l’inflammation, la peroxydation lipidique, la sécrétion d’insuline et le foie retrouve un poids presque normal12.
  • Vis-à-vis de toxiques : Améliore significativement l’état de santé chez des personnes intoxiquées par l’amanite phalloïde après échec d’un traitement de référence14.  La silymarine protège le foie contre les dommages induits par le paracétamol, l’azidothymidine (AZT), l’éthanol et la D-galactosamine15,16,17.

Action sur la détoxification hépatique

Action cholagogue

 
Actions sur le métabolisme glucolipidique :
 
  • Améliore le statut antioxydant sanguin (SOD, GPX, capacité antioxydante totale) et diminue la CRP ultrasensible27
  • Réduit la peroxydation lipidique des membranes cellulaires et la résistance à l’insuline chez des diabétiques de type II avec une cirrhose alcoolique28.
 
Actions anti-inflammatoires :
L’administration de silymarine en prévention ou après une ischémie/reperfusion du mésentère, diminue significativement le nombre de lésions intestinales et réduit la production de TNFα34.
 
 
Actions sur le SNC
La silymarine présente un effet antidépresseur lié au moins en partie à son action sur la production de NO39.
 
 
Autres utilisations traditionnelles
 
  • Effet sur la lactation : le Chardon Marie est traditionnellement utilisé pour favoriser la lactation40.
  • Effet sur les troubles digestifs hauts

Associations de plantes avec CHARDON MARIE fruit

 
  • Syndrome métabolique, en accompagnement des traitements spécifiques du diabète de type 2

 

Curcuma

  • Détoxication hépatique sur terrain inflammatoire + Réglisse
  • Stéatose hépatique non alcoolique ou syndrome métabolique avec stéatose + Chrysanthellum
 
 
  • Hépatites médicamenteuses
  • Hépato Protection lors de chimiothérapies
  • Hépatoprotecteur alcool, médicaments hépatotoxiques + Chrysanthellum
  • Hépatites virales, action hépatoprotectrice
 
 
  • Détoxication hépatique chez les personnes âgées polymédiquées

Effets secondaires

Très rarement, un léger effet laxatif. 

Toxicité

La silymarine est dépourvue de toxicité aiguë ou chronique.

Précautions d'emploi

Aucune

Contre-indications

Chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées.
Obstruction des voies biliaires.
Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.
 

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
  1. 1. HORSMANS Y. La stéatohépatite non alcoolique. Louvain Med. 2000 ; 119 : S23-S25.
    2. QUILLIOT D et al. La stéatohépatite non alcoolique. Influence de la nutrition, de la physiopathologie au traitement. Nutrition clinique et métabolisme. 2011 ; 25 : 153-163.
    3. OBERTI F. «NASH Syndrome» De la conception au traitement. Diabète & Obésité. 2007 ; 2 (6) : 1-2.
    4. PIQUET MA, HÉBUTERNE X. Nutrition en pathologie digestive. 2007 ; Doin.
    5. ONETA C, DUFOUR J-F. Diagnostic, pronostic et possibilités thérapeutiques de la stéatose hépatique non alcoolique. Forum Med Suisse. 2003 ; 37 : 862-868.
    6. RATZIU V et al. Stéatohépatite non alcoolique. 2, Aspects physiopathologiques. Hépatogastro. 2002 ; 9 : 199-207.
    7. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales. 2009 ; Paris.
    8. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales. 1999 ; Paris.
    9. VARGAS-MENDOZA N et al. Hepatoprotective effect of silymarin. World J Hepatol. 2014 ; 6 : 144-149.
    10. GOLICKI I. Les propriétés hépatoprotectrices du chardon Marie (Silybum marianum L.). 1-153. 7-7-1998. Paris, Université Paris V René Descartes.
    11. AGHAZADEH S et al. Anti Apoptotic and anti-inflammatory effects of Silybum marianum
    in treatment of experimental steatohepatitis. Exp Toxicol Pathol. 2011 ; 63 : 569-574.
    12. HADDAD Y et al. Antioxidant and hepatoprotective effects of silibinin in a rat model of nonalcoholic steatohepatitis. Evid Based Complement Alternat Med. 2011 ; 1-10.
    13. FEHER J et al. [Liver-protective action of silymarin therapy in chronic alcoholic liver diseases]. Orv Hetil. 1989 ; 130 : 2723-2727.
    14. LUPER S. A review of plants used in the treatment of liver disease : part 1. Altern Med Rev. 1998 ; 3 : 410-421.
    15. PRADHAN SC, GIRISH C. Hepatoprotective herbal drug, silymarin from experimental pharmacology to clinical medicine. Indian J Med Res. 2006 ; 124 : 491-504.
    16. FREITAG AF et al. Hepatoprotective Effect of Silymarin (Silybum marianum) on Hepatotoxicity Induced by Acetaminophen in Spontaneously Hypertensive Rats. Evid Based Complement Alternat Med. 2015 ; 2015 : 538317.
    17. RAGHU R et al. Silibinin mitigates zidovudine-induced hepatocellular degenerative changes, oxidative stress and hyperlipidaemia in rats. Hum Exp Toxicol. 2015 .
    18. GURLEY B et al. Assessing the clinical significance of botanical supplementation on human cytochrome P450 3A activity : comparison of a milk thistle and black cohosh product to rifampin and clarithromycin. J Clin Pharmacol. 2006 ; 46 : 201-213.
    19. JANCOVA P et al. Silybin is metabolized by cytochrome
    P450 2C8 in vitro. Drug Metab Dispos. 2007 ; 35 : 2035-2039.
    20. ZHAO J, AGARWAL R. Tissue distribution of silibinin, the major active constituent of silymarin, in mice and its association with enhancement of phase II enzymes : implications in cancer chemoprevention. Carcinogenesis. 1999 ; 20 : 2101-2108.
    21. CROCENZI FA, ROMA MG. Silymarin as a new hepatoprotective agent in experimental cholestasis : new possibilities for an ancient medication. Curr Med Chem. 2006 ; 13 : 1055-1074.
    22. CROCENZI FA et al. Beneficial effects of silymarin on estrogen induced cholestasis in the rat : a study in vivo and in isolated hepatocyte couplets. Hepatology. 2001 ; 34 : 329-339.
    23. PFERSCHY-WENZIG EM et al. Identification of isosilybin a from milk thistle seeds as an agonist of peroxisome proliferator-activated receptor gamma. J Nat Prod. 2014 ; 77 : 842-847.
    24. LI HB et al. Silibinin improves palmitate-induced insulin resistance in C2C12 myotubes by attenuating IRS-1/ PI3K/Akt pathway inhibition. Braz J Med Biol Res. 2015 ; 0 : 0.
    25. HUSEINI HF et al. The efficacy of Silybum marianum (L.) Gaertn. (silymarin) in the treatment of type II diabetes : a randomized, double-blind, placebo controlled, clinical trial. Phytother Res. 2006 ; 20 : 1036-1039.
    26. SUKSOMBOON N et al. Meta-analysis of the effect of herbal supplement on glycemic control in type 2 diabetes. J Ethnopharmacol. 2011 ; 137 : 1328-1333.
    27. EBRAHIMPOUR KS et al. Effects of Silybum marianum (L.) Gaertn. (silymarin) extract supplementation on antioxidant status and hs-CRP in patients with type 2 diabetes mellitus : A randomized, tripleblind, placebo-controlled clinical trial. Phytomedicine. 2015 ; 22 : 290-296.
    28. VELUSSI M et al. Long-term (12 months) treatment with an antioxidant drug (silymarin) is eff ective on hyperinsulinemia, exogenous insulin need and malondialdehyde levels in cirrhotic diabetic patients. J Hepatol. 1997 ; 26 : 871-879.
    29. RAINONE F. Milk thistle. Am Fam Physician. 2005 ; 72 : 1285- 1288.
    30. MANNA SK et al. Silymarin suppresses TNF-induced activation of NF-kappa B, c-Jun N-terminal kinase, and apoptosis. J Immunol. 1999 ; 163 : 6800-6809.
    31. CHO BO et al. 3-deoxysilybin exerts anti-inflammatory effects by suppressing NF-kappaB activation in lipopolysaccharide-stimulated RAW264.7 macrophages. Biosci Biotechnol Biochem. 2014 ; 78 : 2051-2058
    32. ZHOLOBENKO A, MODRIANSKY M. Silymarin and its constituents in cardiac preconditioning. Fitoterapia. 2014 ; 97 : 122-132.
    33. LIU S et al. A study on the protective effect of Silybum marianum extract on hepatic ischemia-reperfusion injury. Afr J Tradit Complement Altern Med. 2013 ; 10 : 310-312.
    34. DEMIR M et al. The effect of silymarin on mesenteric ischemiareperfusion
    injury. Med Princ Pract. 2014 ; 23 : 140-144.
    35. GABRIELOVA E et al. Silymarin component 2,3-dehydrosilybin attenuates cardiomyocyte damage following hypoxia/ reoxygenation by limiting oxidative stress. Physiol Res. 2015 ; 64 : 79-91.
    36. KIM EJ et al. Silymarin Inhibits Cytokine-Stimulated Pancreatic Beta Cells by Blocking the ERK1/2 Pathway. Biomol Ther (Seoul). 2014 ; 22 : 282-287.
    37. PEREZ H et al. Neuroprotective effect of silymarin in a MPTP mouse model of Parkinson’s disease. Toxicology. 2014 ; 319 : 38-43.
    38. DUAN S et al. Silibinin inhibits acetylcholinesterase activity and amyloid beta peptide aggregation : a dual-target drug for the treatment of Alzheimer’s disease. Neurobiol Aging. 2015 .
    39. KHOSHNOODI M et al. Possible involvement of nitric oxide in antidepressant-like effect of silymarin in male mice. Pharm Biol. 2015 ; 53 : 739-745.
    40. ZAPANTIS A et al. Use of herbals as galactagogues. J Pharm Pract. 2012 ; 25 : 222-231.
    41. CAPASSO R. Effect of Silitidil, a standardized extract of milk thistle, on the serum prolactin levels in female rats. Nat Prod Commun. 2014 ; 9 : 943-944.
    42. WICHTL M, ANTON R. Plantes thérapeutiques. Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. 1999 .Tec&Doc.
    43. WORLD HEALTH ORGANIZATION Fructus Silybi Mariae - WHO Monographs on selected Medicinal Plants. 2, 300-316. 2004.
    44. European Medicines Agency Community Herbal Monograph on Silybum marianum, fructus (Draft). 23-7-2015 : 1 - 7.
    45. RAYNAUD J. Prescription et conseil en phytothérapie. 2005 ; Paris : Éditions Tec & Doc.
    46. DGCCRF : Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Arrêté du 24 juin 2014 établissant la liste des plantes, autres que les champignons, autorisées dans les compléments alimentaires et les conditions de leur emploi. 17-7-2014.