bandeau ventre microbiote

Prendre soin de son microbiote pour une sante au top

L’écosystème des cent mille milliards de bactéries qu’héberge notre intestin, désormais appelé microbiote, est un élément clef dans le maintien de notre santé. Il est en charge de rôles spécifiques essentiels au bon fonctionnement de l’organisme : défenses immunitaires, équilibre nerveux et métabolique sont les trois systèmes majeurs dans lesquels le microbiote intervient, il est donc primordial d’en prendre soin.

 

Booster son système immunitaire 

L’essentiel de nos mécanismes de défense se situe dans notre intestin. Un déséquilibre de notre flore intestinale peut donc fragiliser notre immunité. Excès alimentaire, surmenage, choc émotionnel et traitement médicamenteux peuvent destabiliser notre microbiote. Il est pertinent de le soutenir en consommant d’une part des prébiotiques, avec une assiette riche en fruits et légumes, et d’autre part des souches microbiotiques diversifiées pour rééquilibrer notre flore.

 

Soulager des intestins sensibles 

Avec plus de 500 espèces de bactéries différentes, chaque individu possède un microbiote à la composition unique avec des spécifi cités. Certains auront par exemple une sensibilité plus grande à certains aliments ou à des contextes émotionnels forts. Le microbiote réagira en provoquant des inconforts digestifs qui pourront être régulés avec des souches plus appropriées comme le Lactobacillus plantarum(1).

 

Rester serein grâce à ses intestins 

Notre intestin contient 200 millions de neurones, d’où sa récente appellation de deuxième cerveau. Il est également le lieu de production de 95% de la sérotonine, souvent appelée hormone du bonheur, qui contribue à la régulation de notre humeur. Pour garder le moral, il sera donc bénéfique d’entretenir sa flore avec une alimentation équilibrée complétée par des cures ponctuelles de souches microbiotiques.

 

 

(1). Liu YW, Liong MT, Tsai YC. New perspectives of Lactobacillus plantarum as a probiotic: The gut-heart-brain axis. J Microbiol. 2018;56(9):601-613. doi:10.1007/s12275-018-8079-2