VIGNE ROUGE feuille

Vitis vinifera

Botanique

La vigne rouge est un arbuste à tige grimpante munie de vrilles. Les feuilles sont palmatilobées et dentées.Les fleurs, de couleur verdâtre, forment à l’automne des fruits en grappes, les raisins. Seules les feuilles de la variété teinturier (tinctoria) ont un intérêt thérapeutique. Elle pousse sur des sols argilo-siliceux, des sables fertiles et sous des climats doux et tempérés, notamment dans les régions méditerranéennes.

Le nom latin de la vigne rouge, Vitis vinifera, vient des mots vierre qui signifie “lier” en raison des vrilles de ses tiges et de vinifera, “qui produit du vin”. La vigne rouge, originaire d’Asie Mineure, est présente dans tout le pourtour Méditerranéen depuis le 8e siècle avant JC. On la retrouve aujourd’hui dans un grand nombre de pays et sur tous les continents.

Principales indications

En rapport avec ses propriétés protectrices vasculaires (augmentation de la résistance capillaire, diminution de la perméabilité vasculaire) :
  • Fragilité capillaire : pétéchies, ecchymoses, hématomes, varicosités
 
En rapport avec ses propriétés veinotoniques et anti-oedémateuses :
  • Insuffisance veineuse chronique, des jambes lourdes aux varices constituées
  • Hémorroïdes
 
En rapport avec ses propriétés antioxydantes et protectrices vasculaires :
  • Vieillissement vasculaire lié à l’âge, suite de diabète…
VIGNE ROUGE feuille

Principales propriétés pharmacologiques

Protecteur vasculaire, vasoconstricteur
 
  • Activité vitaminique P : augmentation de la résistance des capillaires et diminution de leur perméabilité
  • Les anthocyanosides et les procyanidines extraits de Vitis vinifera inhibent in vitro l’activité d’enzymes protéolytiques (collagénase, élastase, hyaluronidase glycosidase, β-glucuronidase) qui interviennent dans la dégradation des composants structuraux majeurs du tissu conjonctif, des fibres élastiques et de la matrice extravasculaire (collagène, élastine, acide hyaluronique)5,8. Les anthocyanosides exercent in vivo une activité angioprotectrice en diminuant la perméabilité vasculaire. En effet, ces composés par leur activité antitrypsique et anti-chymotrypsique inhibent la libération de peptides vaso-actifs5.

Veinotonique et anti-oedémateux
 
  • Action sur la circulation sanguine
Des études cliniques6,9 ont montré qu’un extrait de Vitis vinifera comprenant notamment des flavonoïdes (quercétine-3-O-β-D-glucuronide, isoquercitrine…) était efficace dans le traitement des insuffisances veineuses chroniques (CVI). On observe en effet une diminution des symptômes des CVI (volume, circonférence, fatigue, tension, douleur et picotements dans les jambes) après l’administration d’un traitement à base de vigne rouge.
L’étude Schaefer 9 a été réalisée sur 65 patients âgés de 25 à 82 ans présentant une insuffisance veineuse chronique (CVI). Un extrait de vigne rouge (360 mg/j) leur a été administré pendant 42 jours.
A la fin de ce traitement, on a observé une diminution des signes des CVI :
 
  • Diminution des lourdeurs et des signes de fatigue constatée chez 55 % des patients
  • Diminution de la tension chez 45 % des patients
  • Diminution des sensations de picotements pour 40 %Diminution de la douleur chez 40 % des patients
 
Antioxydant

Les procyanidines de Vitis vinifera inhibent in vitro la formation de radicaux libres en diminuant la peroxydation des lipides et l’activité de la xanthine oxydase, enzyme responsable de la dégradation des bases puriques produisant des radicaux libres8.

Associations de plantes avec VIGNE ROUGE feuille

 
  • Vieillissement vasculaire (rétinopathie)
  • Insuffisance veinolymphatique avec œdème
  • Insuffisance veinolymphatique avec troubles trophiques + Prêle
 
 
  • Acnée rosacée, dermite séborrhéique
 
 
  • Règles hémorragiques
 
 
  • Hémorroïdes
  • Jambes lourdes, varicosités
 
 
 
  • Insuffisance veinolymphatique avec fibrome
  • Jambes lourdes et fragilité capillaire

Effets secondaires

Aucun connu à ce jour.

Toxicité

Aucune connue à ce jour.

 

Précautions d'emploi

Aucune

Contre-indications

Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. BOUCHENY A. La feuille de vigne rouge (Vitis vinifera L. var. tinctoria). Mise au point bibliographique et contribution analytique. Thèse de Pharmacie, Paris, 1989.
2. BRUNETON J. Pharmacognosie. Phytochimie, Plantes médicinales. 3e éd., Lavoisier Tec & Doc, Paris 1999, 365-6.
3. DIAZ LANZA AM et al. Flavonoids of 3 cultivars vine leaves, Vitis vinifera L. var. tinctoria(Alicante, Carignan, Grand noir). Value in chemical control. Ann Pharm Fr. 1989 ; 47 (4) : 229-34.
4. JACOB MP et al. Plasma matrix metalloproteinase-9 as a marker of blood stasis in varicose veins. Circulation. 2002 ; 106 (5) : 535-8.
5. JONADETM et al. Anthocyanosides extraits de Vitis vinifera, de Vaccinium myrtillus et de Pinus maritima. Activités inhibitrices vis à- vis de l’élastase in vitro. Activités angio protectrices comparées in vivo. J Pharm Belg. 1983 ; 38 (1) : 41-6.
6. KIESEWETTER H et al. Efficacy of orally administered extract of red vine leaf AS 195 (folia vitis viniferae) in chronic venous insufficiency (stages I-II). A randomized, double blind, placebo-controlled trial. Arzneimittelforschung 2000 ; 50 (2) : 109-17.
7. LECLERCH,Précis de phytothérapie. Thérapeutique par les plantes françaises. Ed Masson, 132.
8. MAFFEI F et al. Free radicals scavenging action and anti-enzyme activities of procyanidines from Vitis vinifera. A mechanism for their capillary protective action. Arzneimittelforschung 1994 ; 44 (5) : 592-601.
9. SCHAEFER E et al. Oedema protective properties of the red vine leaf extract AS 195 (Folia vitis viniferae) in the treatment of chronic venous insufficiency. A 6- week observational clinical trial. Arzneimittelforschung2003 ; 53 (4) : 243-6.
10. ZAMBONI P et al. Urine hemosiderin: A novel marker to assess the severity of chronic venous disease. Journal of Vascular Surgery 2003 ; 37 (1) : 132-136.