RADIS NOIR racine

Raphanus sativus

Botanique

Le radis noir est une plante herbacée annuelle ou bisannuelle, de 10 à 30 cm de hauteur. Vraisemblablement originaire du bassin méditerranéen et de l’Asie occidentale, il est aujourd’hui cultivé dans les potagers sous presque tous les climats. Ses feuilles inférieures sont profondément coupées en segment. Les fleurs en grappe, de couleur blanche ou violacées, comportent 4 pétales disposées en croix. Elles donnent naissance à des fruits, des siliques allongées et renflées. La racine pivotante, de surface noire, sillonnée et rugueuse, à la chair blanche, pouvant être très volumineuse et atteindre une longueur de 50 cm, se récolte en novembre. On utilise la racine en thérapeutique.

Le radis noir, également appelé « gros gris » ou encore « raifort des parisiens » tire son nom du latin radis qui signifie « racine ». Selon les botanistes, le radis noir serait la première espèce de radis cultivée par les humains. D’abord cultivé en Chine, il aurait par la suite conquis les Grecs anciens et les Romains. Il était déjà connu et consommé par les Égyptiens à l’époque des pharaons : on a trouvé, dans le temple de Karnak, des hiéroglyphes le représentant.

Principales indications

En rapport avec ses propriétés détoxifiantes :
 
En particulier lors de la prise au long cours de xénobiotiques ayant un métabolisme hépatique :
 
  • Médicaments (pilule contraceptive, traitement hormonal substitutif, chimiothérapie, psychotropes…) ;
  • Cancérogènes chimiques, polychloro-biphényles, insecticides.
 
En rapport avec ses propriétés cholérétiques et cholagogues :
 
  • Dyslipidémie,
  • Syndrome métabolique
  • Obésité, surcharge pondérale
  • Constipation
  • Dyspepsies,
  • « Migraines hépatiques »

En rapport avec son action liée à la présence de soufre :
 
  • Affections inflammatoires ORL aiguës : sinusite, rhinopharyngite, toux grasse,
  • Renforcement immunitaire et prévention des infections ORL et broncho-pulmonaires à répétition
 
En rapport avec ses propriétés détoxifiantes et sa teneur en soufre :
 
  • Dermatoses : eczéma sec, fissuraire
RADIS NOIR racine

Principales propriétés pharmacologiques

Action détoxifiante hépatique
 
Les propriétés détoxifiantes du radis noir sont essentiellement liées à l’action des produits d’hydrolyse des glucosinolates10. La première réaction d’hydrolyse est réalisée par la myrosinase. Lorsque les tissus de la plante sont altérés, les glucosinolates et la myrosinase ainsi libérés vont réagir ensemble11.
 

Action régulatrice de la fonction biliaire
 
Le radis noir est bien connu dans son utilisation traditionnelle pour ses propriétés cholérétiques et cholagogues9,13. Le radis noir agit également favorablement sur l’intestin en accentuant les mouvements péristaltiques16, ce qui peut expliquer son indication en cas de trouble dyspeptique avec constipation17.
 

Autres propriétés : mucolytique et antimicrobien

Traditionnellement, le radis noir est utilisé dans le traitement des infections bronchiques bénignes9 car il fluidifie les mucosités notamment en raison de sa teneur en soufre12. Le radis noir est également considéré comme un antiseptique des muqueuses.

Associations de plantes avec RADIS NOIR racine

  • Sinusite chronique
  • Cholestase avec prise de pilule
  • Détoxication hépatique avec une prise de xénobiotiques (pilule + THM) + Curcuma
  • Constipation + Romarin
 

Effets secondaires

Le jus de radis noir est souvent mal supporté, il peut provoquer des troubles gastriques, aigreurs et éructations17. Un cas d’allergie se traduisant par une réaction d’urticaire généralisée a été rapporté chez une personne ayant consommé du radis noir18.

Toxicité

Aucune connue à ce jour.

Précautions d'emploi

Déconseillé aux femmes enceintes. Les personnes ayant une hypothyroïdie ou un traitement de la thyroïde doivent préalablement consulter un professionnel de santé.

Contre-indications

Les femmes allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. SHERWOOD L. Physiologie Humaine. 2000 ; De Boeck.
2. VIALA A, BOTTA A. Toxicologie. 2005 ; Paris: Éd. Tec & Doc Lavoisier.
3. KRISHNA DR, KLOTZ U. Extrahepatic metabolism of drugs in humans. Clin Pharmacokinet. 1994 ; 26 : 144-160.
4. GUEGUEN Y et al. [Cytochromes P450: xenobiotic metabolism, regulation and clinical importance]. Ann Biol Clin (Paris). 2006 ; 64 : 535-548.
5. ALLORGE D, LORIOT MA. [Pharmacogenetics or the promise of a personalized medicine: variability in drug metabolism and transport]. Ann Biol Clin (Paris). 2004 ; 62 : 499-511.
6. MÉDART J.Manuel pratique de nutrition. L’alimentation préventive et curative. 2005 ; de boeck.
7. PASCUSSI JM, VILAREM MJ. [Molecular mechanisms linking xenobiotic metabolism and inflammation] - Inflammation et métabolisme des médicaments. Med Sci (Paris). 2008 ; 24 : 301- 305.
8. BEAUNE P. Cytochromes P450 humains : applications en toxicologie. Médecine Thérapeutique. 1998 ; 4 : 493- 499.
9. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, plantes médicinales. 1999 ; Paris.
10. CISKA E et al. Content of glucosinolates in cruciferous vegetables grown at the same site for two years under different climatic conditions. J Agric Food Chem. 2000 ; 48 : 2862-2867.
11. VAUGHN SF, BERHOW MA. Glucosinolate hydrolysis products from various plant sources: pH eff ects, isolation, and purification. Industrial Crops and Products. 2005 ; 21 : 193-202.
12. FLEURENTIN J. Les plantes du foie et de la vésicule biliaire. Les plantes qui nous soignent. Traditions et thérapeutiques. 2007.
13. LECLERC H. Précis de phytothérapie. Thérapeutique par les plantes françaises. 1999 ; Paris: Masson.
14. HANLON PR et al. Aqueous extract from Spanish black radish (Raphanus sativus L. Var. niger) induces detoxification enzymes in the HepG2 human hepatoma cell line. J Agric Food Chem. 2007 ; 55 : 6439-6446.
15. LA MARCA M. et al. Structural influence of isothiocyanates on expression of cytochrome P450, phase II enzymes, and activation of Nrf2 in primary rat hepatocytes. Food Chem Toxicol. 2012 ;
50 : 2822-2830.
16. GUTIERREZ RM, PEREZ RL. Raphanus sativus (Radish): their chemistry and biology. ScientificWorldJournal. 2004 ; 4 : 811-837.
17. FINTELMANN V, WEISS RF. Manuel pratique de phytothérapie. 2004 ; Vigot.
18. DAMIANI E et al. Generalized urticaria after ingestion of Raphanus sativus. Ann Allergy Asthma Immunol. 2011 ; 106 : 168.