MILLEPERTUIS sommité fleurie

Hypericum perforatum

Botanique

Le millepertuis est une plante herbacée vivace pouvant atteindre 80 cm de hauteur. On le retrouve en abondance en Europe, en Asie occidentale et septentrionale, en Afrique du Nord, en Australie et en Amérique du Nord. Il est commun dans les terrains secs et incultes, le long des routes et en lisière des bois. Il présente une tige dressée, anguleuse et rougeâtre, qui porte des feuilles ovales, opposées et bordées de petits points noirs. On peut y apercevoir par transparence de nombreuses poches translucides semblables à des petites perforations. Groupées au sommet des tiges, les fleurs possèdent cinq pétales asymétriques de couleur jaune d’or, ponctués de noir au bord. Les fruits sont des capsules à valves qui s’ouvrent à maturité Les sommité fleuries sont les parties utilisées en phytothérapie.

Le surnom du millepertuis, « herbe à mille trous », provient de « pertuis » qui désigne en vieux français une ouverture, en référence aux nombreuses glandes ou « poches à essence » présentes au niveau des feuilles et semblables à des perforations. En raison de sa floraison qui a lieu à la fin juin, le millepertuis fait parties des nombreuses herbes de la Saint Jean. L’histoire du millepertuis remonte à plus de 2000 ans. Cité entre autres par Pline, Dioscoride, Théophraste et Galien, pour ses propriétés cicatrisantes et anti névralgiques, il fut ensuite considéré au Moyen-Âge comme une plante magique « Fuga daemonum » (fuis démon), censé chasser l’esprit des ténèbres et exorciser les personnes « possédées ». Il semble avoir été utilisé dans différents troubles d’origine nerveuse à la fin du XIXe siècle. Mais c’est seulement à partir des années 1960, qu’en Allemagne, on retrouve mention des propriétés antidépressives.
 

Principales indications

En relation avec ses propriétés antidépressives

Les dépressions légères à modérées :

  • Soit associées à un déficit prépondérant de la Dopamine et /ou la Noradrénalin
  • Soit associées à un déficit prépondérant de la sérotonine
  • Soit mixtes (déficit de la dopamine et la sérotonine )

Les dépressions saisonnières, caractérisées par un ralentissement automno hivernal depuis au moins deux années consécutives,

Les dépressions sur terrain inflammatoire

 
En relation avec ses propriétés antidépressives et neuroprotectrices :
  • Les dépressions des personnes âgées
  • Prévention du syndrome de glissement
  • Le versant dépressif des maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson,...)
 
En relation avec ses propriétés GABAergiques
  • L’ Anxiété sur terrain dépressif
  • Le sevrage des benzodiazépines, des somnifères
  • Le sevrage dans les situations d’addiction (tabac, alcool, jeux…, etc.).

En relation avec ses propriétés antidépressives, GABAergiques et métaboliques
  • Accompagnement de régimes amaigrissants
 
En relation avec ses propriétés antinévralgiques :
  • Les névralgies : névralgies faciales, atteinte du plexus brachiale, les douleurs fantômes
  • Les douleurs post-zostériennes.
MILLEPERTUIS sommité fleurie

Principales propriétés pharmacologiques

Antidépresseur naturel :
 
Effets synergiques des principaux principes actifs, tels que l’hypéricine, l’hyperforine, les phloroglucinols, l’adhyperforine ou l’amentoflavone, sur les récepteurs de type sérotoninergiques, adrénergiques, dopaminergiques ou les récepteurs aux benzodiazépines7,8.
Concernant les monoamines, les extraits de millepertuis présentent une action inhibitrice non spécifique de la recapture de ces neurotransmetteurs (dopamine, noradrénaline, sérotonine)9. De plus, des études ont également montré que les principes actifs du millepertuis inhibaient les monoamines oxydase de type A et B (MAO-A et MAO-B) et la catéchol-Ométhyltransférase (COMT), trois enzymes responsables du catabolisme des monoamines9,10.
Le millepertuis agit également sur d’autres neurotransmetteurs importants dans la physiopathologie
de la dépression, comme le glutamate et l’acide γ-aminobutyrique (GABA).

Autres propriétés :
 
  • Anti-inflammatoires22 et gastroprotectrices de l’huile de millepertuis23.
  • Effets bénéfiques sur les symptômes physiques et psychiques du syndrome prémenstruel24
  • Propriétés antivirales25.
  • Réduction possible des signes de manque lors du sevrage à l’héroïne et diminution de la consommation d’alcool26,27.
  • Antibactérienne29

Intérêt dans les cancers30:

Associations de plantes avec MILLEPERTUIS sommité fleurie

  • Dépression légère à modérée avec comportements addictifs
  • Douleurs névralgiques
 
  • Dépression légère à modérée avec troubles de l'appétit (inappétence)
 
  • Dépression légère à modérée avec déficit dopaminergique
 
  • Dépression du post-partum (baby blues)
 
 

Effets secondaires

Effets rares :
  • Réactions allergiques,
  • Intolérance gastro-intestinale : nausée, douleur gastrique, bouche sèche, bruxisme, diarrhée
  • Risque théorique d'hyperactivité serotoninergique par surdosage ou interaction médicamenteuse
  • Nausées, vomissements, douleurs abdominales, étourdissements, céphalées, anxiété, agitation, insomnie

Toxicité

Aucune connue à ce jour31.

Précautions d'emploi

Les personnes suivant un traitement médicamenteux doivent préalablement consulter un professionnel de santé.

Contre-indications

Déconseillé aux personnes présentant des troubles bipolaires.

Les femmes enceintes et allaitantes et les enfants sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

 

Interactions médicamenteuses

Le millepertuis, inducteur enzymatique hépatique, agit au niveau du cytochrome P450, et par induction de la glycoprotéine P39,40, provoquant des interactions médicamenteuses avec certains médicaments31:
  • ciclosporine
  • anticancéreux (dont les inhibiteurs de protéase)
  • digoxine
  • nifédipine
  • simvastatine
  • midazolam
  • antimigraineux
  • bronchodilatateurs
 
Des interactions médicamenteuses peuvent également intervenir dans les cas suivants :
  • anticoagulants oraux
  • contraceptifs oraux : quelques cas de grossesses non désirées ont été rapportés chez des femmes sous contraceptif oral, sous millepertuis31
  • antidépresseurs (dont les inhibiteurs spécifiques de recapture de la sérotonine)

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
  1. MEUNIER JM, SHVALOFF A. Neurotransmetteur. Bases neurobiologiques et pharmacologiques. 1995 ; Paris : Masson.
  2. THURIN JM, BAUMANN N. Stress, pathologies et immunité. 2003 ; Paris : Médecine-sciences Flammarion.
  3. CRYAN JF, DINAN TG. Mind Altering microorganisms : the impact of the gut microbiota on brain and behaviour. Nat Rev Neurosci. 2012 ; 13 : 701-712.
  4. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales.1999 ; Paris.
  5. KIMURA Y et al. Inhibitory effects of polyphenols on human cytochrome P450 3A4 and 2C9 activity. Food Chem Toxicol. 2010 ; 48 : 429-435.
  6. FAURE H et al. Les caroténoïdes : I- Métabolisme et physiologie. Annales de Biologie Clinique. 1999 ; 57 : 169-183.
  7. TADROS MG et al. Involvement of serotoninergic 5-HT1A/2A, alphaadrenergic and dopaminergic D1 receptors in St. John’s wort-induced prepulse inhibition defi cit : a possible role of hyperforin. Behav Brain Res. 2009 ; 199 : 334-339.
  8. BUTTERWECK V et al. In vitro receptor screening of pure constituents of St. John’s wort reveals novel interactions with a number of GPCRs. Psychopharmacology (Berl). 2002 ; 162 : 193-202.
  9. CHATTERJEE SS et al. Hyperforin as a possible antidepressant component of hypericum extracts. Life Sci. 1998 ; 63 : 499-510.
  10. THIEDE HM, WALPER A. Inhibition of MAO and COMT by hypericum extracts and hypericin. J Geriatr Psychiatry Neurol. 1994 ; 7 Suppl 1 : S54-S56.
  11. KLEBER E et al. Biochemical activities of extracts from Hypericum perforatum L. 1st Communication : inhibition of dopamine beta-hydroxylase. Arzneimittelforschung. 1999 ; 49 : 106-109.
  12. CHANG Y, WANG SJ. Hypericin, the active component of St. John’s wort, inhibits glutamate release in the rat cerebrocortical synaptosomes via a mitogen activated protein kinase dependent pathway. Eur J Pharmacol. 2010 ; 634 : 53-61.
  1. GOBBI M, et al. In vitro effects of the dicyclohexylammonium salt of hyperforin on interleukin-6 release in different experimental models. ; Planta Med. 2004 Jul ;70(7) :680-2.
  2. BUTTERWECK V. et al. Effects of the total extract and fractions of Hypericum perforatum in animal assays for antidepressant activity. Pharmacopsychiatry. 1997 Sep;30 Suppl 2:117-24.
  3. BUTTERWECK V. et al. Effects of the total extract and fractions of Hypericum perforatum in animal assays for antidepressant activity. Pharmacopsychiatry. 1997 Sep;30 Suppl 2:117-24.
  4. LECRUBIER Y et al. Efficacy of St. John’s wort extract WS 5570 in major depression : a double-blind, placebo-controlled trial. Am J Psychiatry. 2002 ; 159 : 1361-1366.
  5. UEBELHACK R et al. Efficacy and tolerability of Hypericum extract STW 3-VI in patients with moderate depression : a double blind, randomized, placebo controlled clinical trial. Adv Ther. 2004 ; 21 : 265-275.
  6. LINDE K et al. St John’s wort for major depression. Cochrane Database Syst Rev. 2008 ; CD000448.
  7. RAHIMI R et al. Efficacy and tolerability of Hypericum perforatum in major depressive disorder in comparison with selective serotonin reuptake inhibitors : a meta-analysis. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2009 ; 33 : 118-127.
  8. KASPER S et al. Continuation and long-term maintenance treatment with Hypericum extract WS 5570 after recovery from an acute episode of moderate depression--a double blind, randomized, placebo controlled long-term trial. Eur Neuropsychopharmacol. 2008 ; 18 : 803-813.
  9. GOMEZ DEL RIO MA et al. Neuroprotective Properties of Standardized Extracts of Hypericum perforatum on Rotenone Model of Parkinson’s Disease. CNS Neurol Disord Drug Targets. 2013 ; 12 : 665-679.
  10. HAMMER KD, BIRT DF. Evidence for contributions of interactions of constituents to the anti-inflammatory activity of Hypericum perforatum. Crit Rev Food Sci Nutr. 2014 ; 54 : 781-789.
  11. ZDUNIC G et al. Evaluation of Hypericum perforatum oil extracts for an anti inflammatory and gastroprotective activity in rats. Phytother Res. 2009 ; 23 : 1559-1564.
  12. CANNING S et al. The efficacy of Hypericum perforatum (St John’s wort) for the treatment of premenstrual syndrome : a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. CNS Drugs. 2010 ; 24 : 207-225.
  13. KARIOTI A, BILIA AR. Hypericins as potential leads for new therapeutics. Int J Mol Sci. 2010 ; 11 : 562-594.
  14. SUBHAN F et al. Adulterant profile of illicit street heroin and reduction of its precipitated physical dependence withdrawal syndrome by extracts of St John’s wort (Hypericum perforatum). Phytother Res. 2009 ; 23 : 564-571.
  15. PERFUMI M et al. Effects of a methanolic extract and a hyperforin enriched CO2 extract of Hypericum perforatum on alcohol intake in rats. Alcohol Alcohol. 2001 ; 36 : 199-206.
  16. TIAN JY et al. Effect of Hypericum perforatum L. extract on insulin resistance and lipid metabolic disorder in high-fat diet induced obese mice. Phytother Res. 2015 ; 29 : 86-92.
  17. SUNTAR I et al. Antimicrobial effect of the extracts from Hypericum perforatum against oral bacteria and biofilm formation. Pharm Biol. 2015 ; 1-6.
  18. BILLARD C et al. Mechanistic insights into the antileukemic activity of hyperforin. Curr Cancer Drug Targets. 2013 ; 13 : 1-10.
  19. HAMMERNESS P et al. St John’s wort : a systematic review of adverse effects and drug interactions for the consultation psychiatrist. Psychosomatics. 2003 ; 44 : 271-282.
  20. RAYNAUD J. Prescription et conseil en phytothérapie. 2005 ; Paris : Éditions Tec & Doc.
  21. HUBNER WD, KIRSTE T. Experience with St John’s Wort (Hypericum perforatum) in children under 12 years with symptoms of depression and psychovegetative disturbances. Phytother Res. 2001 ; 15 : 367-370.
  22. FINDLING RL et al. An open-label pilot study of St. John’s wort in juvenile depression. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2003 ; 42 : 908-914.
  23. RUSSO E et al. Hypericum perforatum : pharmacokinetic, mechanism of action, tolerability, and clinical drug-drug interactions. Phytother Res. 2014 ; 28 : 643-655.
  24. KNUPPEL L, LINDE K. Adverse effects of St. John’s Wort : a systematic review. J Clin Psychiatry. 2004 ; 65 : 1470-1479.
  25. BROCKMOLLER J et al. Hypericin and pseudohypericin : pharmacokinetics and effects on photosensitivity in humans. Pharmacopsychiatry. 1997 ; 30 Suppl 2 : 94-101.
  26. SCHEMPP CM et al. Effect of oral administration ofHypericum perforatum extract (St. John’s Wort) on skin erythema and pigmentation induced by UVB, UVA, visible light and solar simulated radiation. Phytother Res. 2003 ; 17 : 141-146.
  27. MARKOWITZ JS et al. Effect of St John’s wort on drug metabolism by induction of cytochrome P450 3A4 enzyme. JAMA. 2003 ; 290 : 1500- 1504.
  28. WHITTEN DL et al. The effect of St John’s wort extracts on CYP3A : a systematic review of prospective clinical trials. Br J Clin Pharmacol. 2006 ; 62 : 512-526.