MARRON D'INDE graine

Aesculus hippocastanum

Botanique

Le marronnier d’Inde est un arbre robuste de 25 m environ de hauteur, à racine pivotante et ramifié. Ses feuilles, caractéristiques, sont opposés, longuement pétiolés et de forme palmé. On le rencontre dans toutes les régions tempérées d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord.
Le fruit du marronnier d’Inde est une capsule charnue, coriace et épineuse qui renferme une à quatre graines. Cette graine, de forme ovoïde ou globuleuse, est pourvue d’une écorce luisante, marron, marqué par une large tache blanchâtre correspondant au hile. Les cotylédons, charnus, huileux et amylacé, sont souvent soudé. La graine est la partie de cet arbre la plus couramment utilisé.

Les vertus médicinales du marronnier d’Inde étaient déjà décrites en 1565. Il était traditionnellement employé dans le traitement des varices, des hémorroïdes, de la toux et de la fièvre. En Turquie, il était utilisé depuis longtemps dans le traitement des chevaux «emphysémateux», d’où l’origine probable de son nom : «Hippocastanum», châtaigne du cheval. En France, les graines sont utilisées depuis la fin du XIXe siècle en phlébologie et en proctologie

Principales indications

Protecteur veineux, capillaire et lymphatique

Au niveau veineux : L’aescine a une action tonique sur la paroi veineuse avec augmentation des prostaglandines F2α. Elle diminue l’indice de viscosité sanguine

Au niveau capillaire, le marron d’Inde :

  • augmente la résistance capillaire
  • est un constricteur capillaire
  • diminue la filtration transcapillaire, responsable de l'oedème
 
Au niveau lymphatique
  • Augmente le débit de la circulation lymphatique.
  • Antioxydant, antiradicalaire et anti-enzymatique. L’aescine inhibe les enzymes lysosomiales (effets anti hyaluronidase et collagénase). Elle protège donc les protéoglycanes, constituants de la paroi vasculaire
 
 
Autres actions
  • Diurétique « dose-dépendante », il augmente le flux artériel rénal et la filtration glomérulaire. Il est natriurétique et kaliuréique
  • Son action hypoglycémiante modérée est intéressante chez le diabétique présentant des troubles trophiques et des microangiopathies
  • L’action protectrice des ulcères gastriques avec augmentation de la sécrétion bicarbonaté et de mucus est probablement lié à l’augmentation de la synthèqe PGF2α
  • L’inhibition de la croissance des shigelles par l’aescine a été démontré.
MARRON D'INDE graine

Principales propriétés pharmacologiques

Le marronnier d’Inde sera utilisé chaque fois que l’on souhaite une meilleure vélocité et une meilleure
répartition de l’unité microcirculatoire de la périphérie vers le centre.

Action sur la circulation sanguine:
 
Congestion des membres inférieurs avec ralentissement circulatoire veineux périphérique, associé à une hypoxie pouvant se traduire par les signes suivants :
  • jambes lourdes diurnes, fourmillements, crampes et impatiences de décubitus
  • varicosités, paresthésies
  • oedème mou du membre inférieur vespéral déclive englobant la cheville indolore plus ou moins bleutée
  • varices, séquelles de phlébite, ulcère variqueux
  • troubles de la trophicité cutanée avec dermite ocre, eczéma variqueux, atrophie cutanée.
Signes de stase capillaire avec fragilité capillaire, ecchymoses spontanées, télangiectasies (vaisseaux sous-capillaires en flammèche), varicosités (dont la localisation précise l’emplacement du ralentissement circulatoire).

Lymphoedème dermo-hypodermique blanc, froid, unilatéral, indolore, prenant le godet, débutant par la région du 2ème orteil, s'étendant progressivement au pied puis à la cuisse.

Hémorroïdes, congestion, fissures anales, rectites, prurit anal, congestion pelvienne, prostatisme, varicocèle, congestion utérine avec ou sans hémorragie, dysménorrhées d’origine circulatoire, varices pelviennes

Congestion hépatique et splanchnique, varicosités splanchniques, hépato ou splénomégalie d’origine circulatoire, varices portales, insuffisance veineuse cave inférieure, sans présumer de leurs étiologies.

Congestion cérébrale avec ralentissement du retour veineux, varicosités cervico thoraciques, céphalées améliorées par l’exercice physique, acouphènes lié à des troubles de la microcirculation sans présumer de leur étiologie (IC ou insuffisance hépatique ... ).

Hypoacousie, acouphènes, sensations vertigineuses

Associations de plantes avec MARRON D'INDE graine

  • Hémorroïdes
  • Hypoacousie, acouphènes, sensations vertigineuses
  • Insuffisance veinolymphatique avec fibrome
  • Jambes lourdes, fragilité capillaire

Effets secondaires

Une irritation digestive est possible chez certains patients.

Toxicité

L’effet hémolytique est inexistant par voie orale aux doses théapeutiques et n’existe qu’aux doses toxiques (prudence chez l’enfant).

Précautions d'emploi

Déconseillé aux personnes sous traitement anticoagulant.

Contre-indications

Insuffisance rénale et cardiaque.

Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Anticoagulants (antivitamines K).

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
  1. ANTON R., WITCHT L. Plantes thérapeutiques.Tec & Doc, 1999.
  2. BEZANGER-BEAUQUESNE L., DEBRAUX G., GARNIER G. Ressources médicinales de la flore française. Vigot Frères, 1961.
  3. BEZANGER-BEAUQUESNE L., PINKAS. M., TORCK.M., TROTIN.F. Plantes médicinales des régions tempérées. Maloine, 1980.
  4. BEZANGER-BEAUQUESNE L., P INKAS M., TORCK M. Les plantes dans la thérapeutique moderne. Maloine, 1975.
  5. BRUNETON J. Eléments de phytochimie et de pharmacognosie. Ed. Lavoisier, 1987.
  6. BRUNETON J. Phytochimie, plantes médicinales. Ed Tec & Doc, 1993.
  7. BRUNETON J. Plantes toxiques : végétaux dangereux pour l’homme et les animaux. Ed. Tec & Doc, Lavoisier, 1996.
  8. DURAFF0URD C., LAPRAZ J.C. Cahier de phytothérapie clinique. Ed Maloine, 1985.
  9. FOURNIER P. Plantes médicinales. Ed. CME Sté Nationales d’horticulture de France, 1948.
  10. GIRRE L. Connaître et reconnaître les plantes médicinales. Ed. Ouest France, 1980.
  11. GIRRE L. La santé par les plantes. Ed. Ouest France, 1991.
  12. GIRRE L. Nouveau guide des vieux remèdes naturels. Ed. Ouest France, 1985.
  13. LANZARA P. Les plantes de santé. Ed Nathan. 1994.
  14. LECLERC H. Précis de Phytothérapie clinique. Masson, 1976.
  15. PAMPLONA-ROGER R. Guide des plantes médicinales. Encyclopédie vie et santé, 1995
  16. SCHAUENBERG P., PARIS F. Guide des plantes médicinales. Delachaux Niestlé, 1997
  17. TANG W., EISENBRAND. G. Chinese drugs of plant origin. Ed. Springer Verlag, 1992.
  18. TESSIER A. Phytothérapie analytique. Ed. Marc Aurele, 1994.
  19. VAN HELLEMONT. Compendium de phytothérapie. Ed. Service scientifique de l’APB, 1986.