Safran

Crocus savitus

Botanique

Le safran est une plante vivace et bulbeuse pouvant atteindre jusqu’à 30 cm de hauteur. Il possède de longues et fines feuilles et des fleurs de couleur parme à violette en forme de coupe. Lors de sa floraison entre septembre et novembre, le safran donne une à trois fleurs la première année et ensuite quatre à douze fleurs les annés suivantes. Les fleurs renferment chacune trois pistils jaunes dotés de trois stigmates rouge orangé d’une longueur de 2,5 à 3,5 cm. Ces stigmates, dont émane une forte odeur aromatique, constituent l’épice la plus chère au monde : le safran, du même nom que sa plante d’origine22. Les stigmates sont les parties utilisées en phytothérapie.

Le mot « Safran » tirerait son origine du mot arabe « za’farân » qui veut dire « colorer en jaune ». Ce mot est lui-même dérivé de « asfar » qui signifie « jaune » et de «safrâ» qui signifie « fleur jaune »22. Également appelé safran d’automne, safran médicinal ou encore safran officinal22, le safran est utilisé depuis des milliers d’années comme assaisonnement, parfum, teinture et médicament. Cette plante est nommée pour la première fois dans le papyrus d’Ebers, plus ancien traité médical datant de 1550 avant Jésus-Christ. Il fut également cité par Homère comme remède et parfum dans l’Iliade23,24 et utilisé dans le traitement des dépressions légères dans la médecine traditionnelle persane25.

Principales indications

En relation avec ses activités sur le système nerveux central :
  • Dépression légère à modérée
  • Troubles cognitifs de la personne âgée : troubles de la mémoire, déclin cognitif lié à l’âge, sujets à risque de maladies neurodégénératives (Alzheimer….)
 
En relation avec ses activités protectrices des différents tissus de l’oeil :
  • La rétinite pigmentaire débutante
  • Trouble de la vision nocturne
  • Prévention et stabilisation de la cataracte débutante
  • Prévention et stabilisation de la DMLA
 
En relation avec ses activités sur le dysfonctionnement sexuel masculin :
  • La dysfonction érectile
  • La dysfonction érectile iatrogène (ex : antidépresseur)

En relation avec ses activités sur le système cardiovasculaire :
  • Effet cardioprotecteur
 
En relation avec ses activités sur le métabolisme glycolipidique :
  • Le syndrome métabolique (hyperinsulinisme, troubles lipidiques, HTA.)
Safran

Principales propriétés pharmacologiques

Actions sur le système nerveux
 
  • Action antidépressive
L’action du safran sur les dépressions légères à modérées a fait l’objet de plusieurs études cliniques27,28. Un 1er essai réalisé en double aveugle a été mené sur 35 sujets présentant une dépression selon le DSM-IV et dont l’intensité était modérée à sévère (score d’Hamilton ≥18). L’effet antidépresseur d’un extrait éthanolique de safran a été comparé à un placebo. Après 6 semaines, les sujets ayant pris 30 mg/jour d’extrait de safran avaient un score d’Hamilton significativement diminué de 12,20 points,contre 5,10 points pour le groupe placebo (p<0,001). Cette diminution traduit l’amélioration de l’intensité des symptômes dépressifs, passant de modérés-sévères à légers25.
Ces études suggèrent que le safran est aussi efficace que les traitements de référence pour réduire la sévérité des symptômes de la dépression.
Enfin, l’effet antidépresseur du safran peut-être dû à plusieurs mécanismes grâce à sa richesse en molécules actives. Des données in vitro, in vivo et cliniques suggèrent que cette épice aurait des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, modulatrices de l’axe HPA et neuroprotectrices27.
 
  • Amélioration des troubles cognitifs du sujet âgé
Dans le cadre d’une étude, l’efficacité de l’extrait de safran s’est montré équivalente à celle du médicament33 lors d’une forme modérée de la maladie d’Alzheimer.
 
  • Amélioration des troubles de la vision liés à l’âge
Chez l’homme, dans une étude clinique croisée, en double aveugle contre placebo, 25 sujets atteints d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) précoce ont reçu pendant 3 mois un extrait de safran ou un placebo. La fonction rétinienne a été évaluée par un électrorétinogramme focal. Ce test permet d’évaluer la fonction de la rétine centrale par l’amplitude et le seuil de la réponse au signal lumineux. Les résultats ont montré que la prise de 20 mg/jour de safran améliore significativement l’amplitude de la réponse à la stimulation lumineuse (p < 0.001) tout en diminuant le seuil de perception du signal38.
 
  • Amélioration du dysfonctionnement sexuel masculin
Une étude ouverte a mis en évidence l’effet du safran (extrait aqueux, composé de safranal et de crocine) dans l’amélioration des fonctions sexuelles chez 20 hommes atteints de dysfonctionnements érectiles39. Après 10 jours de prise de 200 mg/j, une amélioration significative de la fonction érectile (tumescence et rigidité pénienne) a été rapportée ainsi qu’une amélioration des scores moyens de la fonction érectile, de la fonction orgasmique, du désir sexuel, et de la satisfaction au cours des rapports sexuels.
 
  • Protection du système cardiovasculaire
Plusieurs études menées in vivo ont montré que des extraits aqueux de safran ou le safranal seul avaient un effet cardioprotecteur vis-à-vis de l'ischémie/reperfusion ou de l’isoprotérénol, une molécule toxique pour les cellules myocardiques41. Cette propriété peut s’expliquer par des actions anti apoptotique, anti-peroxydation lipidique et antioxydante.
 
  • Amélioration du métabolisme glucolipidique
Chez l’homme, une étude clinique menée en double aveugle contre placebo chez 61 sujets a montré que la prise de 30 mg/jour d’un extrait aqueux de safran ou de crocine diminuait significativement le risque de syndrome métabolique lié à la prise d’un médicament antipsychotique (olanzapine)42.

Associations de plantes avec Safran

 
  • Dépression sur terrain inflammatoire
 
 
  • Troubles de la mémoire liés à l’âge
 
 

Dépression légère à modérée :

  • Avec déficit dopaminergique et sérotoninergique
  • En remplacement du millepertuis (contre indications)
 
 
  • Qualité et performance sexuelle

Effets secondaires

Au-delà de la dose de 1,5 g ont été rapportés des troubles de la coagulation sanguine (épistaxis, saignements des lèvres et des paupières, hémorragies utérines), des troubles digestifs (vomissements, diarrhées sanguinolentes), une hématurie, des vertiges, des engourdissements, une coloration jaune de la peau et des muqueuses45. Des modifications des paramètres hématologiques et de la pression artérielle ont également été rapportées43.

Toxicité

Des doses massives de safran sont toxiques à partir de 1,5 g et plus. La dose létale est de 20 g43,44.

Précautions d'emploi

Déconseillé aux femmes enceintes et aux personnes sous traitement antidépresseur.

Contre-indications

Le safran est contre-indiqué chez les sujets allergiques au safran et à ses composants43.

Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. ETIÉVANT A. Stimulation du cortex préfrontal: Mécanismes neurobiologiques de son effet antidépresseur. 2012.
2. BERTON O, NESTLER EJ. New approaches to antidepressant drug discovery: beyond monoamines. Nat Rev Neurosci. 2006 ; 7 : 137-151.
3. LAMBERT G et al. Reduced brain norepinephrine and dopamine release in treatment-refractory depressive illness: evidence in support of the catecholamine hypothesis of mood disorders. Arch
Gen Psychiatry. 2000 ; 57 : 787-793.
4. MEYER JH et al. Elevated monoamine oxidase a levels in the brain: an explanation for the monoamine imbalance of major depression. Arch Gen Psychiatry. 2006 ; 63 : 1209-1216.
5. BELMAKER RH, AGAM G. Major depressive disorder. N Engl J Med. 2008 ; 358 : 55-68.
6. GERSHON AA et al. Dopamine D2-like receptors and the antidepressant response. Biol Psychiatry. 2007 ; 61 : 145-153.
7. POZZO-MILLER LD et al. Impairments in high-frequency transmission, synaptic vesicle docking, and synaptic protein distribution in the hippocampus of BDNF knockout mice. J Neurosci. 1999 ; 19 : 4972- 4983.
8. MONTEGGIA LM et al. Essential role of brain-derived neurotrophic factor in adult hippocampal function. Proc Natl Acad Sci USA. 2004 ; 101 : 10827-10832.
9. KAREGE F et al. Neurotrophin levels in postmortem brains of suicide victims and the effects of antemortem diagnosis and psychotropic drugs. Brain Res Mol Brain Res. 2005 ; 136 : 29-37.
10. HOSHAW BA et al. Central administration of IGF-I and BDNF leads to long-lasting antidepressant like effects. Brain Res. 2005 ; 1037 : 204- 208.
11. DUMAN RS, MONTEGGIA LM. A neurotrophic model for stress-related mood disorders. Biol
Psychiatry. 2006 ; 59 : 1116-1127.
12. PITTENGER C, DUMAN RS. Stress, depression, and neuroplasticity: a convergence of mechanisms. Neuropsychopharmacology. 2008 ; 33 : 88-109.
13. LEONARD BE. The concept of depression as a dysfunction of the immune system. Curr Immunol Rev. 2010 ; 6 : 205-212.
14. DANTZER R et al. From inflammation to sickness and depression: when the immune system subjugates the brain. Nat Rev Neurosci. 2008 ; 9 : 46-56.
15. LANQUILLON S et al. Cytokine production and treatment response in major depressive disorder. Neuropsychopharmacology. 2000 ; 22 : 370-379.
16. HANNESTAD J et al. The effect of antidepressant medication treatment on serum levels of inflammatory cytokines: a meta-analysis. Neuropsychopharmacology. 2011 ; 36: 2452-2459.
17. KENIS G, MAES M. Effects of antidepressants on the production of cytokines. Int J Neuropsychopharmacol. 2002 ; 5 : 401-412.
18. BERNARDINO L et al. Tumor necrosis factor-alpha modulates survival, proliferation, and neuronal differentiation in neonatal subventricular zone cell cultures. Stem Cells. 2008 ; 26 : 2361-2371.
19. TILLEUX S, HERMANS E. Neuroinflammation and regulation of glial glutamate uptake in neurological disorders. J Neurosci Res. 2007 ; 85 : 2059-2070.
20. GAVILLET M et al. Modulation of astrocytic metabolic phenotype by proinflammatory cytokines. Glia. 2008 ; 56 : 975-989. 21. PITT D et al. Glutamate uptake by oligodendrocytes: Implications for excitotoxicity in multiple sclerosis. Neurology. 2003 ; 61 : 1113-1120.
22. CROZET A et al. Crocus sativus L. (Iridaceae), le safran (I). Phytothérapie. 2012 ; 10 : 121-125.
23. DEBUIGNE G, COUPLAN F. Petit Larousse des plantes qui guérissent : 500 plantes. 2006 .
24. TEUSCHER E et al. Plantes aromatiques: épices, aromates, condiments et huiles essentielles. 2005 ; Tec & Doc Lavoisier.
25. AKHONDZADEH S et al. Crocus sativus L. in the treatment of mild to moderate depression: a double blind, randomized and placebo controlled trial. Phytother Res. 2005; 19 : 148-151.
26. SRIVASTAVA R et al. Crocus sativus L.: A comprehensive review. Pharmacogn Rev. 2010 ; 4 : 200-208.
27. LOPRESTI AL, DRUMMOND PD. Saffron (Crocus sativus) for depression: a systematic review of clinical studies and examination of underlying antidepressant mechanisms of action. Hum Psychopharmacol. 2014 ; 29 : 517-527.
28. HAUSENBLAS HA et al. Saffron (Crocus sativus L.) and major depressive disorder: a meta-analysis of randomized clinical trials. J Integr Med. 2013 ; 11 : 377-383.
29. AKHONDZADEH S et al. Comparison of Crocus sativus L. and imipramine in the treatment of mild to moderate depression: a pilot double- blind randomized trial [ISRCTN45683816]. BMC Complement Altern Med. 2004 ; 4 : 12.
30. NOORBALA AA et al. Hydro-alcoholic extract of Crocus sativus L. versus fluoxetine in the treatment of mild to moderate depression: a double-blind, randomized pilot trial. J Ethnopharmacol. 2005 ; 97 : 281- 284.
31. PAPANDREOU MA et al. Memory enhancing effects of saffron in aged mice are correlated with antioxidant protection. Behav Brain Res. 2011 ; 219 : 197-204.
32. AKHONDZADEH S et al. Saffron in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer’s disease: a 16-week, randomized and placebo-controlled trial. J Clin Pharm Ther. 2010 ; 35 : 581-588.
33. AKHONDZADEH S et al. A 22- week, multicenter, randomized, double-blind controlled trial of Crocus sativus in the treatment of mild to-moderate Alzheimer’s disease. Psychopharmacology (Berl). 2010 ; 207 : 637-643.
34. YAMAUCHI M et al. Crocetin prevents retinal degeneration induced by oxidative and endoplasmic reticulum stresses via inhibition of caspase activity. Eur J Pharmacol. 2011 ; 650 : 110-119.
35. OHNO Y et al. Oral administration of crocetin prevents inner retinal damage induced by N-methyl-D-aspartate in mice. Eur J Pharmacol. 2012 ; 690 : 84-89.
36. FERNANDEZ-SANCHEZ L ET AL. Safranal, a saffron constituent, attenuates retinal degeneration in P23H rats. PLoS One. 2012 ; 7 : e43074.
37. MAKRI OE et al. Saffron administration prevents selenite-induced cataractogenesis. Mol Vis. 2013 ; 19 : 1188-1197.
38. FALSINI B et al. Influence of saffron supplementation on retinal flicker sensitivity in early age-related macular degeneration. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2010 ; 51 : 6118- 6124.
39. SHAMSA A et al. Evaluation of Crocus sativus L. (saffron) on male erectile dysfunction: a pilot study. Phytomedicine. 2009 ; 16 : 690-693.
40. MODABBERNIA A et al. Effect of saffron on fluoxetine-induced sexual impairment in men: randomized double-blind placebocontrolled trial. Psychopharmacology (Berl). 2012 ; 223 : 381-388.
41. CROZET A. Crocus sativus L. (Iridaceae), le safran (II). Phytothérapie. 2012 ; 10 : 186-193.
42. FADAI F et al. Saffron aqueous extract prevents metabolic syndrome in patients with schizophrenia on olanzapine treatment: a randomized triple blind placebo controlled study. Pharmacopsychiatry. 2014 ; 47 : 156-161.
43. NATURAL STANDARD MONOGRAPH - Saffron. https://naturalmedicines.therapeuticresearch.com/databases/ food,- herbssupplements/s/saffron/ professional.aspx. 2015.
44. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales. 2009 ; Paris.
45. WICHTL M, ANTON R. Plantes thérapeutiques. Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. 1999 .
46. IMENSHAHIDI M et al. ; The Effect of Chronic Administration of Saffron (Crocus sativus) Stigma Aqueous Extract on Systolic Blood Pressure in Rats. Jundishapur J Nat Pharm Prod. 2013 Nov;8(4):175-9.