Houblon

Humulus lupulus

Botanique

Le houblon est une plante herbacée vivace, dioïque, mesurant en général de trois à six mètres. Commun dans toute l’Europe, il ne pousse pas à de hautes altitudes. Sa culture requiert des terres fortes, bien fumées, et un climat tempéré. Les feuilles ciselées sont munies de stipules pétiolées. Elles sont rudes au-dessus et disposent de glandes résineuses en dessous. Le houblon produit à ses pieds des inflorescences mâles et femelles. On utilise en thérapeutique les inflorescences femelles ; celles-ci sont regroupées en grappes communément appelées « cônes » ou « strobiles ». De forme ovoïde et de couleur verdâtre, ces cônes sont constitués par nombreuses bractées à la base desquelles le repli induvial est couvert de petites glandes, apparaissant sous la forme de petits grains rouges orangés, le lupulin. On récolte les cônes à maturité entre septembre-octobre.
 
Au Xe siècle, des médecins arabes parlaient déjà des vertus médicinales du houblon : « il redonne le sommeil à qui l’avait perdu ». Et il y a quelques années encore, nos grands-mères utilisaient ses cônes qu’elles dissimulaient dans leurs oreillers pour s’endormir.

Principales indications

En rapport avec ses propriétés oestrogéniques et anti androgéniques
  • Carence en estrogène de la femme ménopausée (bouffées de chaleur, ostéoporose)
  • Carence en estrogène de l’adolescente à la personne âgée, accompagnée de signes cliniques d’hyperandrogénie (acné, séborrhée, pilosité excessive)
 
En rapport avec ses propriétés sédatives et hypnotiques
  • Insomnie au cours de la ménopause
 
En rapport avec ses propriétés galactogènes
  • Stimulation et entretien des montées de lait au cours de l’allaitement
Houblon

Principales propriétés pharmacologiques

Propriétés estrogéniques et anti-androgéniques
 
Les études de Milligan5,6,7 ont cherché à identifier les composés chimiques responsables de l’activité estrogénique. Celle-ci a été mesurée in vitro, sur des lignées de cellules d’endomètre humain : les composés estrogéniques stimulent l’activité de la phosphatase alcaline dans ces cellules. Les résultats de ces expériences sont les suivants : l’activité estrogénique est due à certains composés de la fraction polaire du houblon, la 8-prénylnaringénine, la 6-prénylnaringénine, ainsi que l’isoxanthohumol. Le xanthohumol n’a pas montré d’activité estrogénique.
La 8-prénylnaringénine est le composé le plus responsable de l’activité estrogénique. Cela a été confirmé récemment par d’autres études13. La puissance estrogénique de la 8-prénylnaringénine se traduit par sa capacité à se lier compétitivement aux récepteurs des estrogènes.
La 8-prénylnaringénine serait également responsable de l’activité anti-androgénique du houblon14.
 
 
Action sédative et hypnotique
 
L’activité sédative des extraits de houblon a été confirmée par une étude ouverte multicentrique sur 225 volontaires12.
 
 
Action bactéricide, bactériostatique et fongistatique

L’action bactéricide et bactériostatique est due à l’humulone et à la lupulone. Ces composés amers agissent sur les bactéries gram (+) et gram (-). Leur activité dépend de composés liposolubles.

Effets secondaires

Aucun connu à ce jour.

Toxicité

Aucune connue à ce jour.

Précautions d'emploi

Aucune

Contre-indications

Selon le principe de précaution, le houblon est contre-indiqué en cas de cancer hormonodépendant (cancer du sein, du col de l’utérus, etc.).
Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. BRUNETON J. Pharmacog- nosie, phytochimie, plantes médicinales. Ed Tec & Doc, 1999, 456-459. 2. KUIPER GG et al. Comparison of the ligand binding specifi city and transcript tissue distribu- tion of estrogen receptors . and . Endocrinology. 1997 ; 138 (3) : 863- 70. 3. LECLERC H, Précis de phyto- thérapie, thérapeutique par les plantes françaises. Ed Masson, 1999, 154-155. 4. LIU J et al. Evaluation of estro- genic activity of plant extracts for the potential treatment of menopausal symptoms. J Agric Food Chem. 2001 ; 49 (5) : 2472-9. 5. MILLIGAN SR et al. Identifi ca- tion of a potent phytoestrogen in hops (Humulus lupulus L.) and beer. J Clin Endocrinol Metab. 1999 ; 84 (6) : 2249-52. 6. MILLIGAN SR et al. The endo- crine activities of 8-prenylnarin- genin and related hop (Humulus lupulus L.) fl avonoids. J Clin En- docrinol Metab. 2000 ; 85 (12) : 4912-5. 7. MILLIGAN S et al. Oestrogenic activity of the hop phyto-oestro- gen, 8-prenylnaringenin. Repro- duction. 2002 ; 123 (2) : 235-42. 8. PANIEGO NB et al. Phloris- ovalerophenone synthase, a nov- el polyketide synthase from hop (Humulus lupulus L.) cones. Eur. J. Biochem. 1999 ; 262 (2) : 612-6. 9. SCHAEFER O et al. 8-Prenyl naringenin is a potent ER . se- lective phytoestrogen present in hops and beer. Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Bi- ology. 2003 ; 84 : 359–360. 10. SOHONI P, SUMPTER JP. Sev- eral environmental oestrogens are also anti-androgens. J. Endo- crinol. 1998 ; 158 (3) : 327-339. 11. TABATA N et al. Xanthohu- mols, diacylglycerol acyltrans- ferase inhibitors, from Humulus lupulus. Phytochemistry. 1997 ; 46 (4) : 683-7. 12. WICHTL M, ANTON R. Plantes thérapeutiques, tradition, pra- tique offi cinale, science et thé- rapeutique. Ed Tec & Doc, 1999, 327-330. 13. ZIERAU O et al. Estrogenic activity of the phytoestrogens naringenin, 6-(1,1-dimethylallyl) naringenin and 8-prenylnarin- genin. Planta Med. 2002 ; 68 (5) : 449-51. 14. ZIERAU O et al. Antiandrogen- ic activity of the phytoestrogens naringenin, 6-(1,1-dimethylallyl) naringenin and 8-prenylnarin- genin. Planta Med. 2003 ; 69 (9) : 856-8.