Gingembre

Zingiber officinale Roscoe

Botanique

Le gingembre est une plante tropicale herbacée vivace poussant dans les régions ensoleillées et humides, se dressant sur une tige de 1,50 m en moyenne, mais pouvant atteindre 3 m de haut. La partie souterraine utilisée est le rhizome. Celui-ci se divise dans un seul plan et est constitué de tubercules globuleux ramifiés. La peau du rhizome est beige pâle et sa chair est jaune pâle juteuse. La cassure est fibreuse et granuleuse, l’odeur est aromatique avec une saveur chaude et piquante. Les feuilles sont persistantes, lancéolées et pointues pouvant atteindre une vingtaine de centimètres. L’inflorescence se présente en courts épis axillaires très serrés, à tige couverte d’écailles, avec des fleurs parfumées, de couleur blanche à jaunâtre, munies de bractées pourpres. Les fruits sont des capsules tri valves contenant des graines noires.

Largement employé dans la cuisine indo-asiatique pour ses qualités tant gustatives que facilitatrices de la digestion, le gingembre est aussi une épice médicinale aux multiples propriétés. Il est utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise depuis plus de 2 500 ans, mais son utilisation comme épice remonte à encore plus loin. La plante était déjà mentionnée dans les anciens écrits sanskrits de l’Inde et décrite pour son pouvoir aromatisant par Dioscoride (1er siècle après J.C.) et Pline l’Ancien (23-79 après J.C.).De nombreuses publications récentes confirment ses propriétés antiémétiques traditionnellement reconnues.
 

Principales indications

En relation avec ses propriétés antiémétiques

Le mal du transport

  • En cas de voyage de courte durée (voiture, …) : prise de gingembre 30 minutes à 1h avant le départ
  • En cas de voyage de longue durée (croisières, en bateau, …) : prise de gingembre 2 à 3 fois par jour tout au long du voyage
  • Nausées et vomissement du 1er trimestre de la grossesse : Prise de gingembre 3 fois par jour, diminution et arrêt en fonction de la disparition des symptômes
  • Nausées induites par la chimiothérapie : Prise de gingembre 2 à 3 fois par jour pendant 6 jours en débutant 3 jours avant le 1er jour de la chimiothérapie
  • Nausées et vomissements post-chirurgicaux : Prise de gingembre en 1 fois 1h avant l’anesthésie générale
 

En relation avec ses propriétés gastro-protectrices
  • Dyspepsie fonctionnelle (gastrite)
  • Accompagnement d’un traitement anti Helicobacter pylori
  • Prise de gingembre 2 fois par jour pendant 1 mois, à renouveler en fonction de la clinique

En relation avec ses propriétés sur l’homéostasie glucidique et lipidique
  • Insulino-résistance
  • Syndrome métabolique
  • Prise de gingembre 2 fois par jour sur 3 mois, à renouveler en fonction de la clinique

En relation avec ses propriétés anti-douleurs
  • Douleurs abdominales au cours d’un syndrome prémenstruel
  • Prise de gingembre 2 à 4 fois par jour, 24 h avant le début des règles et pendant toute la période douloureuse
 

En relation avec ses propriétés neuroprotectrices
  • Pathologies neurodégénératives
  • En accompagnement du traitement spécifique, prise de gingembre 2 fois par jour sur plusieurs mois
 
Gingembre

Principales propriétés pharmacologiques

L'ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) reconnaît l'usage médicinal du rhizome de gingembre pour prévenir les nausées et vomissements attribuables au mal des transports ou consécutifs à une intervention chirurgicale mineure.
La Commission Européenne pour la phytothérapie reconnaît l’usage médicinal du rhizome de gingembre pour traiter les troubles digestifs et prévenir les nausées causées par le mal des transports.
Enfin, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) reconnaît comme «cliniquement justifié» l’usage du gingembre dans la prévention des nausées et des vomissements dus au mal des transports et au mal de mer, ainsi que ceux liés à une intervention chirurgicale ou à la grossesse9. Elle reconnaît comme «traditionnel» son usage dans le traitement des troubles digestifs, du rhume et de la grippe, de la perte d’appétit et comme anti-inflammatoire dans les migraines et les douleurs musculaires ou articulaires.
 

Propriétés antiémétiques
  • Prévention symptomatique du mal des transports : Une diminution statistiquement significative des épisodes de vomissements et de sueurs froides dans les 4 heures suivant la prise a été mise en évidence10. L’effet antiémétique du gingembre à raison de 250 mg de poudre de gingembre 2 fois par jour a été jugé d’efficacité similaire et/ou meilleure que d’autres traitements allopathiques traditionnels comme la scopolamine11.
  • Nausées et vomissements de la femme enceinte
  • Nausées induites par la chimiothérapie : Une réduction de la sévérité des nausées aiguës a été mise en évidence dans les groupes gingembre, dès le 1er jour de chimiothérapie (avec une réduction plus importante dans les groupes 0,5 g et 1 g)
  • Nausées et vomissements post-chirurgicaux : Une diminution de 35% du risque de nausée et vomissement post-opératoires a été mise en évidence dans le groupe gingembre19
  • Nausées et vomissements accompagnant les traitements antirétroviraux
 

Régulation de la glycémie et de la lipidémie
 
Chez les patients présentant un diabète de type 2, la consommation de poudre de gingembre à raison de 1,6 g à 3 g par jour pendant 2 à 3 mois s’accompagne d’une réduction de la glycémie et de l’insulinémie à jeun, des taux d’hémoglobine glyquée22,25 ainsi que de certains paramètres inflammatoires tels que le TNF-α et la CRPus. Plusieurs mécanismes d’action propre au gingembre ou à ses molécules actives (gingérols et shoagols notamment) ont été mise en évidence et incluent notamment l’inhibition de certaines enzymes telles que l’α-amylase et α-glucosidase, une augmentation du nombre de protéines (GLUT4) situées à la surface de ces cellules musculaires et permettant le transport du glucose dans celles-ci, la protection des cellules β-pancréatiques et des hépatocytes vis-à-vis du stress oxydatif, ou encore l’inhibition de l’oxydation des LDL.
 

Propriétés antidouleurs
 
Les propriétés anti-douleurs du gingembre (750 mg à 2 g/jour de poudre) ont été observées dans différentes situations pathologiques. Chez la jeune femme présentant une
dysménorrhée primaire, l’utilisation de gingembre s’accompagne d’une diminution
significative de la durée et de la sévérité de la douleur versus un placebo30,31 et présente une efficacité comparable à l’acide méfénamique32,33. Plusieurs études ont également soulignées l’effet bénéfique du gingembre sur les douleurs musculaires induites par l'activité physique et sur les douleurs ostéoarticulaires34. Le gingembre réduirait la douleur de par ses propriétés anti-inflammatoires et sa capacité à inhiber la libération de substance P.
 

Propriétés gastroprotectrices
 
L’efficacité du gingembre (1,2 g de poudre) sur l’accélération de la vidange gastrique et la stimulation des contractions antrales a été récemment mise en évidence lors de 2 études cliniques.
 

Propriétés neuroprotectrices
 
Le gingembre possède des propriétés neuroprotectrices. In vitro, à partir de cellules microgliales ou d’astrocytes soumises à un stress (lipopolysaccharides bactériens ou H2O2), le 10-gingérol et le 6-shoagol inhibent aussi bien l’expression de gènes pro inflammatoires (IL-1β, IL-6, TNF-α, iNOS ou encore PGE2)41,42 que le production d’espèces réactives de l’oxygène et de protéines apoptotiques (Bcl-2 et Bcl-xL)43.
 

Propriétés chimio préventives
 
Le 6-shoagol et les gingerols ont la capacité in vitro d’inhiber la croissance de cellules cancéreuses (prostate50, poumon51, estomac52 par exemple). Des effets protecteurs ont également été observés in vivo dans des modèles de cancer cutané et de cancer gastrointestinal53.

Effets secondaires

A fortes doses, le gingembre peut conduire à des irritations stomacales.
Chez l’enfant, aucune donnée n’est disponible54.

Toxicité

Le gingembre est reconnu comme GRAS (generally recognized as safe) par la FDA (Food and Drug Administration).

Précautions d'emploi

Déconseillé aux femmes enceintes.

Contre-indications

En cas de calculs biliaires, la Commission Européenne recommande de consulter son médecin avant de prendre du gingembre.

Pour les femmes enceintes ou allaitantes, il est recommandé de ne pas dépasser la dose de 1 g de gingembre (poids sec) par jour54.

Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation.

Interactions médicamenteuses

Des interactions sont possibles avec les anticoagulants9.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. ANSM. Nausées et vomissements. 2008.
2. Université Médicale Virtuelle Francophone. Vomissements de l'adulte (avec le traitement). 2008.
3. François, M. Le mal des transports. Les entretiens de Bichat . 2014.
4. Ismail SK, Kenny L. Review on hyperemesis gravidarum. Best Pract Res Clin Gastroenterol 2007;21:755- 69.
5. Mailliez A, Bonneterre J. [Chemotherapy induced emesis: pathophysiology and prevention]. Bull Cancer 2010;97:233-43.
6. Durand JP, Madelaine I, Scotte F. [Guidelines for prophylaxis and treatment of chemotherapy-induced
nausea and vomiting]. Bull Cancer 2009;96:951-60.
7. Cottez-Gacia, S. Epidémiologie et facteurs de risque de vomissements post-opératoires chez l'enfant. 2009.
8. Diemunsch P, Conseiller C, Clyti N, Mamet JP. Ondansetron compared with metoclopramide in the treatment of established postoperative nausea and vomiting. The French Ondansetron Study Group. Br J Anaesth 1997;79:322-6.
9. WHO Monographs on selected medicinal plants.Volume 1. Rhizoma Zingiberis. 2015.
10. Grontved A, Brask T, Kambskard J, Hentzer E. Ginger root against seasickness. A controlled trial on the open sea. Acta Otolaryngol 1988;105:45-9.
11. Schmid R, Schick T, Steffen R, Tschopp A, Wilk T. Comparison of Seven Commonly Used Agents for Prophylaxis of Seasickness. J Travel Med 1994;1:203-6.
12. Lien HC, Sun WM, Chen YH, Kim H, Hasler W, Owyang C. Effects of ginger on motion sickness and gastric slow-wave dysrhythmias induced by circular vection. Am J Physiol Gastrointest Liver Physiol 2003;284:G481-G489.
13. Mowrey DB, Clayson DE. Motion sickness, ginger, and psychophysics. Lancet 1982;1:655-7.
14. Viljoen E, Visser J, Koen N, Musekiwa A. A systematic review and meta-analysis of the effect and safety of ginger in the treatment of pregnancy-associated nausea and vomiting. Nutr J 2014;13:20.
15. Ding M, Leach M, Bradley H. The effectiveness and safety of ginger for pregnancy-induced nausea and vomiting: a systematic review. Women Birth 2013;26:e26-e30.
16. Mohammadbeigi R, Shahgeibi S, Soufizadeh N, Rezaiie M, Farhadifar F. Comparing the effects of ginger and metoclopramide on the treatment of pregnancy nausea. Pak J Biol Sci 2011;14:817-20.
17. Marx WM, Teleni L, McCarthy AL et al. Ginger (Zingiber officinale) and chemotherapy-induced nausea and vomiting: a systematic literature review. Nutr Rev 2013;71:245-54.
18. Ryan JL, Heckler CE, Roscoe JA et al. Ginger (Zingiber officinale) reduces acute chemotherapy-induced nausea: a URCC CCOP study of 576 patients. Support Care Cancer 2012;20:1479-89.
19. Chaiyakunapruk N, Kitikannakorn N, Nathisuwan S, Leeprakobboon K, Leelasettagool C. The efficacy of ginger for the prevention of postoperative nausea and vomiting: a meta-analysis. Am J Obstet Gynecol 2006;194:95-9.
20. Mandal P, Das A, Majumdar S, Bhattacharyya T, Mitra T, Kundu R. The efficacy of ginger added to ondansetron for preventing postoperative nausea and vomiting in ambulatory surgery. Pharmacognosy Res 2014;6:52-7.
21. Dabaghzadeh F, Khalili H, shti- Khavidaki S, Abbasian L, Moeinifard A. Ginger for prevention of antiretroviral- induced nausea and vomiting: a randomized clinical trial. Expert Opin Drug Saf 2014;1-8.
22. Arablou T, Aryaeian N, Valizadeh M, Sharifi F, Hosseini A, Djalali M. The effect of ginger consumption on glycemic status, lipid profile and
some inflammatory markers in patients with type 2 diabetes mellitus. Int J Food Sci Nutr 2014.
23. Mozaffari-Khosravi H, Talaei B, Jalali BA, Najarzadeh A, Mozayan MR. The effect of ginger powder supplementation on insulin resistance and glycemic indices in patients with type 2 diabetes: a randomized, double-blind, placebocontrolled trial. Complement Ther Med 2014;22:9-16.
24.Mahluji S, Attari VE, Mobasseri M, Payahoo L, Ostadrahimi A, Golzari SE. Effects of ginger (Zingiber officinale) on plasma glucose level, HbA1c and insulin sensitivity in type 2 diabetic patients. Int J Food Sci Nutr 2013;64:682-6.
25. Khandouzi N, Shidfar F, Rajab A, Rahideh T, Hosseini P, Mir TM. The effects of ginger on fasting blood sugar, hemoglobin a1c, apolipoprotein B, apolipoprotein a-I and malondialdehyde in type 2 diabetic patients. Iran J Pharm Res 2015;14:131-40.
26. Li Y, Tran VH, Duke CC, Roufogalis BD. Preventive and Protective Properties of Zingiber officinale (Ginger) in Diabetes Mellitus, Diabetic Complications, and Associated Lipid and Other Metabolic Disorders: A Brief Review. Evid Based Complement Alternat Med 2012;2012:516870.
27. Akinyemi AJ, Ademiluyi AO, Oboh G. Inhibition of angiotensin-1- converting enzyme activity by two varieties of ginger (Zingiber officinale) in rats fed a high cholesterol diet. J Med Food 2014;17:317-23.
28. Al-Noory AS, Amreen AN, Hymoor S. Antihyperlipidemic effects of ginger extracts in alloxan-induced diabetes and propylthiouracilinduced hypothyroidism in (rats). Pharmacognosy Res 2013;5:157-61.
29. Alizadeh-Navaei R, Roozbeh F, Saravi M, Pouramir M, Jalali F, Moghadamnia AA. Investigation of the effect of ginger on the lipid levels. A double blind controlled clinical trial. Saudi Med J 2008;29:1280-4.
30. Kashefi F, Khajehei M, Cher MT, Alavinia M, Asili J. Comparison of the Effect of Ginger and Zinc Sulfate on Primary Dysmenorrhea: A Placebo- Controlled Randomized Trial. Pain Manag Nurs 2014.
31. Rahnama P, Montazeri A, Huseini HF, Kianbakht S, Naseri M. Effect of Zingiber officinale R. rhizomes (ginger) on pain relief in primary dysmenorrhea: a placebo randomized trial. BMC Complement Altern Med 2012;12:92.
32. Ozgoli G, Goli M, Moattar F. Comparison of effects of ginger, mefenamic acid, and ibuprofen on pain in women with primary dysmenorrhea. J Altern Complement Med 2009;15:129-32.
33. Shirvani MA, Motahari-Tabari N, Alipour A. The effect of mefenamic acid and ginger on pain relief in primary dysmenorrhea: a randomized clinical trial. Arch Gynecol Obstet 2014.
34. Terry R, Posadzki P, Watson LK, Ernst E. The use of ginger (Zingiber officinale) for the treatment of pain: a systematic review of clinical trials. Pain Med 2011;12:1808-18.
35. Hu ML, Rayner CK, Wu KL et al. Effect of ginger on gastric motility and symptoms of functional dyspepsia. World J Gastroenterol 2011;17:105-10.
36. Wu KL, Rayner CK, Chuah SK et al. Effects of ginger on gastric emptying and motility in healthy humans. Eur J Gastroenterol Hepatol 2008;20:436-40.
37. Wang Z, Hasegawa J, Wang X et al. Protective Effects of Ginger against Aspirin-Induced Gastric Ulcers in Rats. Yonago Acta Med 2011;54:11-9.
38. Yamahara J, Mochizuki M, Rong HQ, Matsuda H, Fujimura H. The anti-ulcer effect in rats of ginger constituents. J Ethnopharmacol 1988;23:299-304.
39. Mahady GB, Pendland SL, Yun GS, Lu ZZ, Stoia A. Ginger (Zingiber officinale Roscoe) and the gingerols inhibit the growth of Cag A+ strains of Helicobacter pylori. Anticancer Res 2003;23:3699-702.
40. Gaus K, Huang Y, Israel DA, Pendland SL, Adeniyi BA, Mahady GB. Standardized ginger (Zingiber officinale) extract reduces bacterial load and suppresses acute and chronic inflammation in Mongolian gerbils infected with cagAHelicobacter pylori. Pharm Biol 2009;47:92-8.
41. Ho SC, Chang KS, Lin CC. Antineuroinflammatory capacity of fresh ginger is attributed mainly to 10-gingerol. Food Chem 2013;141:3183-91.
42. Ha SK, Moon E, Ju MS et al. 6- Shogaol, a ginger product, modulates neuroinflammation: a new approach to neuroprotection. Neuropharmacology 2012;63:211-23.
43. Kim S, Kwon J. [6]-shogaol attenuates neuronal apoptosis in hydrogen peroxide-treated astrocytes through the up-regulation of neurotrophic factors. Phytother Res 2013;27:1795-9.
44. Zeng GF, Zhang ZY, Lu L, Xiao DQ, Zong SH, He JM. Protective effects of ginger root extract on Alzheimer disease-induced behavioral dysfunction in rats. Rejuvenation Res 2013;16:124-33.
45. Wattanathorn J, Jittiwat J, Tongun T, Muchimapura S, Ingkaninan K. Zingiber officinale Mitigates Brain Damage and Improves Memory Impairment in Focal Cerebral Ischemic Rat. Evid Based Complement Alternat Med 2011;2011:429505.
46. Moon M, Kim HG, Choi JG et al. 6-Shogaol, an active constituent of ginger, attenuates neuroinflammation and cognitive deficits in animal models of dementia. Biochem Biophys Res Commun 2014.
47. Sharma P, Singh R. Dichlorvos and lindane induced oxidative stress in rat brain: Protective effects of ginger. Pharmacognosy Res 2012;4:27-32.
48. Waggas AM. Neuroprotective evaluation of extract of ginger (Zingiber officinale) root in monosodium glutamate-induced toxicity in different brain areas male albino rats. Pak J Biol Sci 2009;12:201-12.
49. Mehdizadeh M, Dabaghian F, Nejhadi A et al. Zingiber Officinale Alters 3,4-methylenedioxymethamphetamine- Induced Neurotoxicity in Rat Brain. Cell J 2012;14:177-84.
50. Saha A, Blando J, Silver E, Beltran L, Sessler J, Digiovanni J. 6-Shogaol from Dried Ginger Inhibits Growth of Prostate Cancer Cells Both In Vitro and In Vivo through Inhibition of STAT3 and NF-kappaB Signaling. Cancer Prev Res (Phila) 2014.
51. Kim MO, Lee MH, Oi N et al. [6]- shogaol inhibits growth and induces apoptosis of non-small cell lung cancer cells by directly regulating Akt1/2. Carcinogenesis 2014;35:683-91.
52. Ishiguro K, Ando T, Maeda O et al. Ginger ingredients reduce viability of gastric cancer cells via distinct mechanisms. Biochem Biophys Res Commun 2007;362:218-23.
53. Shukla Y, Singh M. Cancer preventive properties of ginger: a brief review. Food Chem Toxicol 2007;45:683-90.
54. Ginger (Zingiber officinale). 2014. Natural Standard