ALCHEMILLE Partie aérienne

Alchemilla vulgaris

Botanique

L’alchémille est une plante vivace mesurant 30 à 50 cm de hauteur. Répandue dans toute l’Europe, elle pousse dans les pâturages humides et les régions montagneuses. La tige est lisse et rameuse, la racine est épaisse, ligneuse et noirâtre. Les feuilles, dont les nervures principales partent du centre, sont de couleur vert mat, pétiolées, échancrées à la base, découpées en 7 à 11 lobes et en dent de scie sur tout leur pourtour. Les fleurs de petites tailles, de couleur jaune verdâtre, sont regroupées en corymbes. Le fruit sec est arrondi et brillant. Le nom latin de l’alchémille provient du latin alchemilla qui est apparenté à la chimie et l’alchimie. Autrefois, les alchimistes recueillaient pour leurs travaux l’eau très pure située au creux des feuilles qui devenaient argentées. Ils l’avaient baptisée « eau céleste » ou « rosée céleste », celle-ci étant constituée de l’eau sécrétée par la plante, la rosée et l’eau de pluie. Au Moyen-âge, cette plante, appelée également « Manteau de Notre-Dame », était dédiée à la Vierge Marie. Elle était considérée comme la panacée de la femme en cas d’inconforts féminins.

Principales indications

En relation avec le cycle menstruel

  • Aide à maintenir un bon confort avant et pendant le cycle menstruel
  • Recommandé lors de problèmes liés au cycle menstruel
ALCHEMILLE Partie aérienne

Associations de plantes avec ALCHEMILLE Partie aérienne

Avertissements d'usage

Précautions d'emploi et contre-indications

  • Les femmes enceintes et allaitantes sont invitées à prendre l’attache d’un professionnel de santé avant toute complémentation
  • Constipation liée à l’astringence de l’alchémille rare

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques

1. BRUNETON J. Pharmacognosie : phytochimie et plantes médicinales. 3e Ed. Tec & Doc., 1999, 394.
2. BRUNETON J. Phytothérapie, les données de l’évaluation. Ed. Tec & Doc., 2002, 169.
3. JONADET M et al. [Flavonoids extracted from Ribes nigrum L. and Alchemilla vulgaris L.: 1. In vitro inhibitory activities on elastase, trypsin and chymotrypsin. 2. Angioprotective activities compared in vivo].J Pharmacol. 1986 ; 17 (1) : 21-7.
4. LECLERC H. Précis de phytothérapie, thérapeutique par les plantes françaises. Ed Masson, 113.
5. OLLIER C. SPM, une symptomatologie pleine de mystère. 37°C le magazine. n°50, 16-23.
6. PIERRE M. et LIS M. Secrets des plantes. Ed Proxima, 48.
7. VAN SNICK G. Ménopause et phytothérapie. La Phytothérapie Européenne. Mai-Juin 2003 ; 19-24.
8. WICHTL M. et ANTON R. Plantes thérapeutiques, tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. Ed Tec & Doc., 1999, 10-2.