REINE DES PRES Partie aérienne

Spiraea ulmaria

Botanique

La reine des prés est une plante mellifère, herbacée, vivace, pouvant atteindre 2 mètres de hauteur. Très commune en Europe, Asie et Amérique tempérée, abondante dans nos jardins, elle affectionne les endroits humides. Sa tige rougeâtre, dressée et anguleuse, porte de grandes feuilles alternes, pétiolées et divisées en folioles dentées et inégales. Ses nombreuses fleurs disposées en grappes, de couleur blanche et très odorantes, sont visibles de mai à septembre. Elles donnent naissance à des fruits spiralés qui renferment des graines brunâtres. Les parties aériennes, qui sont les parties utilisées phytothérapie, sont récoltées en juin-juillet, au début de la floraison.

Également appelée « ulmaire », « herbe aux abeilles », « grande potentille », « spirée »… la reine des prés doit son nom à son allure altière et son port élégant. Son nom latin Filipendula provient du latin filum, « fil » et de pendulus, « pendant », tandis que le nom latin Spiraea est dû à la forme spiralée de ses fruits. Les propriétés antalgiques et fébrifuges de la reine des prés sont connues par les médecins depuis l’Antiquité jusqu’à la Renaissance. Au cours du XIXe siècle, plusieurs pharmaciens et chimistes sont parvenus à obtenir de l’acide salicylique à partir de la reine des prés, qui a ainsi donné son nom à l’aspirine (a pour « acétyl » et spir pour « spirée »)

Principales indications

En rapport avec son action anti-inflammatoire :
  • Manifestations douloureuses au cours de l’arthrose
  • Poussées inflammatoires
  • Inflammations tendineuses et péri-articulaires
  • Myalgies, crampes, courbatures
  • Algodystrophie en phase initiale algique

En rapport avec ses actions anti-inflammatoires et diurétiques :
  • Crise de goutte
  • Cellulite
REINE DES PRES Partie aérienne

Principales propriétés pharmacologiques

Action anti-inflammatoire
 
La reine des prés contient des salicosides, prodrogue métabolisée en saligénine dans l’intestin, qui est, après absorption, transformée en acide salicylique (et non en acide acétylsalicylique). De ce fait, elle n’a pas les effets indésirables de l’aspirine. La plante n’en possède pas moins les mêmes propriétés et réduit la synthèse des prostaglandines et des thromboxanes en inactivant la cyclooxygénase1.
Elle exerce donc une action anti-inflammatoire, antalgique et anti-agrégante plaquettaire.
 

Action anti-élastase et anti-collagénase
 
Du fait de son importante teneur en tanins, la reine des prés exerce in vitro une forte activité inhibitrice de l’élastase, la plus importante parmi 42 espèces de Rosacées étudiées9.
 

Action immunomodulante
 
La reine des prés inhibe l’action du complément et la prolifération des cellules T5.
 

Action anticoagulante
 
La reine des prés contient une substance analogue à l’héparine d’origine animale et possède donc une activité anticoagulante et fibrinolytique importante7,11.
 

Action astringente
 
La reine des prés est par ailleurs astringente et entraîne une diminution de la perméabilité capillaire et des membranes cellulaires, vasoconstriction locale, antidiarrhéique.
C’est un excellent détersif pour laver les plaies et les ulcères dont elle accélère l’assèchement15.
 

Action antioxydante
 
La reine des prés possède une haute activité antioxydante : l’extrait phénolique de la reine des prés inhibe à hauteur de 75% l’oxydation du linoléate de méthyle6,13. Les fractions eau, méthanol et acétate d’éthyle de la reine des prés possèdent la capacité de piéger les radicaux libres et les ions superoxydes3.
 

Action diurétique2,10
 
La reine des prés est : Natriurétique, Kaliurétique, Uricolytique (malgré l’inhibition de la sécrétion tubulaire proximale d’acide urique par l’acide salicylique).
 

Action anti-bactérienne

La reine des prés exerce une activité antibactérienne contre les bactéries Gram (+) et Gram (-)4. Elle est active notamment contre le staphylocoque doré et le colibacille (effet attribué aux flavonoïdes et à l’acide salicylique)12.

Associations de plantes avec REINE DES PRES Partie aérienne

  • Arthrose - attaque + Cassis
  • Douleur mécanique inflammatoire épanchement articulaire + Réglisse
 

Effets secondaires

La reine des prés peut diminuer la perméabilité vasculaire, causer des éruptions cutanées, augmenter le tonus utérin ou intestinal, ou causer des saignements gastro-intestinaux, des nausées ou des vomissements. Les constituants trouvés dans la reine des prés peuvent acidifier l’urine causant des irritations rénales, ou provoquer des bourdonnements.

Toxicité

Possible néphrotoxicité lorsque la reine des prés est associée à du paracétamol.

Précautions d'emploi

Réservé à l'adulte uniquement.

Déconseillé aux personnes sous traitement anticoagulant et aux personnes souffrant d’allergie aux dérivés salicylés.

 

 

Contre-indications

La reine des prés est contre-indiquée :

  • Chez les personnes allergiques aux dérivés salicylés (aspirine) ou les personnes qui doivent éviter l’aspirine en raison d’une autre médication ou sous certaines conditions médicales
  • En cas de néphrite
  • Chez les enfants fiévreux, en raison du risque du syndrome de Reye associé à la consommation de salicylates
  • En cas de grossesse et d’allaitement. La reine des prés peut augmenter le tonus utérin et pourrait stimuler l’activité utérine

Interactions médicamenteuses

Le paracétamol ou certains antibiotiques comme la tétracycline ou la pénicilline peuvent interagir avec la reine des prés et augmenter le risque de saignements : AINS (ibuprofène), antibiotiques (tétracycline, pénicilline), anticoagulants (surveillance biologique).

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données

Références bibliographiques

Afficher les références bibliographiques
1. ABEBE W. Herbal medication: potential for adverse interactions with analgesic drugs. J Clin. Pharm Ther. 2002 ; 27 (6) : 391-401.
2. BRUNETON J. Pharmacognosie, Phytochimie, plantes médicinales. Paris, 1999.
3. CALLISTE CA et al. Free radical scavenging activities measured by electron spin resonance spectroscopy and B16 cell antiproliferative behaviors of seven plants. J Agric. Food. Chem. 2001 ; 49 (7) : 3321-3327.
4. CSEDÖ K et al. The antibiotic activity of Filipendula ulmaria. Planta Med. 1993 ; 59 supplement: A675
5. HALKES SBA et al. In vitro immunomodulatory activity of Filipendula ulmaria. Phyto Research. 1997 ; 11 (7) : 518-520.
6. KÄHKÖNEN MP et al. Antioxidant activity of plant extracts containing phenolic compounds. J Agric Food Chem. 1999, ; 47 (10) : 3954-62.
7. KUDRIASHOV BA et al. Heparin from the meadowsweet (Filipendula ulmaria) and its properties. Izv Akad Nauk SSSR Biol. 1991 ; (6) : 939-43.
8. LAMAISON JL et al. Teneur en principaux flavonoïdes des parties aériennes de Filipendula ulmaria(L.) Maxim. subsp. ulmaria et subsp. denudata (J. & C. Presl) Hayek. Pharm Acta Helv. 1992 ; 67 (8) : 218-222.
9. LAMAISON JL et al. [Tannin content and inhibiting activity of elastase in Rosaceae]. Ann. Pharm Fr
1990 ; 48 (6) : 335-340.
10. LECLERC H. Précis de phytothérapie. Ed. Masson. 1999 ; 55-6.
11. LIAPINA LA ET KOVAL’CHUK GA. A comparative study of the action on the hemostatic system of extracts from the flowers and seeds of the meadowsweet (Filipendula ulmaria (L.) Maxim.). Izv Akad Nauk Ser Biol. 1993 ; (4) : 625-8.
12. RAUHA JP et al. Antimicrobial effects of Finnish plant extracts containing flavonoids and other phenolic compounds. Int J Food Microbiol. 2000 ; 56 (1) : 3-12.
13. SROKA Z et al. Phenolic extracts from meadowsweet and hawthorn flowers have antioxidative properties. Z Naturforsch C. 2001 ; 56 (9-10) : 739-44.
14. NATURAL STANDARD. http:// www.naturalstandard.com/databases/ sports/all/meadowsweet.asp.
15. PALAISEUL J. Nos grand mères savaient - la vérité sur les plantes et la vie naturelle. Robert Laffont, 1972.