Fève des marais

Vicia faba

Informations

La fève est une plante herbacée annuelle, au port dressé, pouvant atteindre 1,6 mètre de haut, aux tiges fortes, creuses, de section quadrangulaire. La racine, à dominante pivotante, s’enfonce profondément dans le sol jusqu’à atteindre une longueur similaire à celle des tiges. Comme c’est le cas de nombreux fabacées, elles présentent des nodules, très nombreuses dans les 30 premiers cm du sol, qui leur confère la propriété de fixer l’azote de l’air.
Les feuilles sont alternes, composées de 1 à 5 paires de folioles et sont munies de deux larges stipules à leur base. Les folioles, glabres, oblongues, 4 à 10 cm de long sur 1,5 à 4 cm de large, sont de couleur vert glauque ou grisâtre.
Les fleurs blanches, rouges chez certaines variétés, à macule centrale noirâtre, groupées en bouquet à l’aisselle des feuilles supérieures sont hermaphrodites. Elles font des fruits qui sont des gousses allant jusqu’à 60 cm chez certaines variétés, mais d’ordinaire moins longues.
Ces gousses contiennent des graines réniformes oblongues, de taille plus ou moins grande, selon les variétés (de 8 à 30 mm), et de couleur vert jaunâtre virant au bronze à maturité.

Vicia faba connue sous le nom de fève des marais est cultivée pour ses graines nutritives et ses gousses. La fève est cultivée par l’homme depuis le néolithique (7000 ans avant JC), elle est originaire des régions méditerranéennes du Proche-Orient.
Cette plante appartient à la famille des légumineuses appelées fabacées et est riche en protéines. Cette richesse est liée à sa capacité à fixer l’azote de l’air grâce à une relation symbiotique avec une bactérie nichée dans les nodules racinaires de la plante. La fève comme toutes les légumineuses améliorent ainsi la fertilité des sols grâce à cette capacité de fixation de l’azote : après récolte des graines, les racines et parties aériennes sont laissées sur le champ permettant ainsi de nourrir le sol en azote.
La fève est particulièrement intéressante car elle contient de la levodopa appelée aussi L-dopa, précurseur d’un neurotransmetteur la dopamine. La L-dopa a été identifiée dans les semences, gousses et graines de fève par Guggenheim dès 19133,4.

Principales indications

En relation avec sa richesse en L-DOPA
  • Parkinson débutant
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Troubles de concentration de la cinquantaine
  • Troubles de l’humeur en relation avec déficit en dopamine
  • Le surmenage (fatigue physique, sommeil non réparateur , besoins de stimulants, difficultés de concentration et de mémoire)
  • Dépression légère (fatigue psychique, perte de la motivation, perte du désir et du plaisir, ralentissement)

En relation avec sa richesse en polyphénol
  • Prevention du vieillissement cérébral
Fève des marais

Principales propriétés pharmacologiques

Action dopaminergique - antiparkinsonien
 
Du fait de son contenu en L-dopa en quantité pharmacologiquement active, la fève aide à contrôler les symptômes de la maladie de Parkinson. Avec 100 g de graines de fève il est possible d’apporter entre 50 à 100 mg de L-DOPA.8
Une étude sur 6 hommes atteints de la maladie de Parkinson a permis de tester l’effet d’une consommation de 250 g de fève des marais après 12 heures d’arrêt de traitement classique. Durant les 4 heures qui ont suivi la consommation il y a eu une amélioration des performances motrices (équivalente au traitement médicamenteux), 3 patients ont montré une dyskinésie sévère (similaire à celle après l’ingestion de L-dopa) et le taux plasmatique de L-DOPA a augmenté4
 
Dans une autre étude, 250 g de fèves cuites ont été données deux fois par jour à 3 patients ayant la maladie de Parkinson pour observer les fluctuations des périodes « on » et « off ». Chez ses patients, des périodes de bien-être (périodes « on ») alternent avec des périodes de blocage ou de mouvements involontaires (périodes « off ») : ce phénomène porte le nom de « fluctuations motrices » ou « effet on/off ». Après une semaine de traitement, les auteurs ont observé une prolongation des périodes « on » avec réduction des dyskinésies et un temps réduit des périodes « off ». De plus l’un des patients a pu réduire sa quantité de médicament L-DOPA9
 
En plus de la L-DOPA, la fève contient de la carbidopa. Cette molécule est intéressante car elle est utilisée aussi dans la maladie de Parkinson. En effet la carbidopa inhibe l’enzyme décarboxylase périphérique empêchant ainsi la conversion de la L-dopa en dopamine au niveau périphérique. Ainsi la carbidopa permet à une plus grande quantité de L-dopa d’atteindre le système nerveux central pour y être converti en dopamine6
La L-DOPA et la carbidopa sont donc essentielles dans le contrôle des symptômes de la maladie de Parkinson. La L-DOPA de la fève étant similaire à la drogue donnée en médicament pour cette pathologie.
 
La richesse en polyphénols et flavonoïdes est responsable d’une action antioxydante de la fève. Dans une étude in vitro, il a été montré que cette activité est présente dans différentes parties de la fève, dont la graine. La méthode classique, DPPH (1,1-diphénil-2-picrylhydrazine) a été utilisée, elle permet de mesurer le pouvoir de captation des radicaux libres. La méthode TAC (Total Antioxydant Capacity) a aussi été réalisée pour mesurer le pouvoir antioxydant de la fève. Les résultats ont permis de conclure que la capacité antioxydante de la fève des marais est liée à son contenu en polyphénols totaux10
 

Action antibactérienne
 
En 2010, une équipe de recherche a analysé l’activité antibactérienne de différents extraits de graines de la fève des marais. Il en ressort que les extraits à l’hexane, au méthyl acétate, au méthanol et à l’eau ont tous une activité antibactérienne contre la bactérie gram positive Bacillus cereus, fréquemment responsable d’intoxication alimentaire. Concernant la bactérie gram négative Klebsiella aerogenes (pouvant être responsable d’infections nosocomiales), seuls les extraits à l’hexane et au méthyl acétate ont une activité antibactérienne11
 

Action hypocholestérolémiante
 
Une étude a été réalisée sur de jeunes hommes âgés de 18 à 21 ans avec hypercholestérolémie, pour examiner l’effet hypocholestérolémiant et les changements hormonaux suite à la consommation de farine de fève dans un régime normal durant 30 jours.
A la fin de l’expérience, les concentrations sériques à jeun de glucose, d’insuline, de triglycérides, de LDL, de cholestérol total et de lipoprotéines de très faible densité (VLDL) étaient significativement inférieures aux valeurs initiales chez tous les sujets ayant consommé de la farine de fève. La consommation de la légumineuse a également entraîné une augmentation significative de la concentration sérique en glucagon et HDL cholestérol. Les valeurs en cortisol et en hormones thyroïdiennes n’ont pas changé de manière significative12

Associations de plantes avec Fève des marais

Astragale
 
  • Prévention du vieillissement + Ginkgo biloba
  • Syndrome métabolique + Olivier
 

Eleuthérocoque
 
  • Parkinson débutant + Schisandra
  • Syndrome métabolique + Ginkgo biloba
 

Eschscholtzia
 
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Si ferritine normale + Valériane
  • Si ferritine basse + Gattilier et Alchémille si en relation avec des règles hémorragiques
 

Rhodiole
 
  • Parkinson débutant
  • Parkinson ancien + Ginseng + Ginkgo biloba
  • Troubles de la concentration de la cinquantaine
  • Troubles de l’humeur, dépression légère + Safran
  • Syndrome métabolique + Olivier

Effets secondaires

De hautes doses de L-DOPA peuvent causer des nausées et la consommation des graines peut entraîner des réactions allergiques chez certains patients13.

Toxicité

Les personnes atteintes de favisme, une forme d’anémie hémolytique, doivent éviter de consommer des fèves des marais. Le favisme est en lien avec une déficience congénitale d’une enzyme présente dans les globules rouges, la glucose 6-phosphate déshydrogénase (G6PD) érythrocytaire.

LA G6PD est un maillon essentiel protégeant les globules rouges des agressions oxydantes. En cas de favisme, l’oxydation est dangereuse pour les globules rouges car elle peut les faire éclater, traduit par une anémie hémolytique. En effet la consommation de fève génère des radicaux libres issus du métabolisme de certaines molécules, des glucosides, endommageant donc les globules rouges.
À noter que seuls les hommes peuvent être atteints de cette déficience. Toutefois, les femmes peuvent être porteuses de l’anomalie et la transmettre à leurs enfants. Il est donc important que les personnes atteintes du favisme évitent la consommation de fèves des marais afin de ne pas provoquer de crises hémolytiques aiguës13.

Précautions d'emploi

Ne pas utiliser en cas de favisme.

L’association de la fève des marais avec des antidépresseurs ou des antiparkinsonien nécessite un avis d’un professionnel de santé.

Contre-indications

Les extraits de fève sont contre-indiqués chez les femmes enceintes ou allaitantes.

 

Interactions médicamenteuses

Aucune connue à ce jour.

Ces données, non exhaustives, sont issues de la littérature scientifiques. Elles peuvent être amenées à évoluer dans le temps en fonction de nouvelles données